Actualités

Les énigmes de La Cladette (en plusieurs épisodes)

Avant-Préambule :

J'ai participé au Conseil Municipal d'Yzeure du vendredi 20 décembre 2019 et quelle ne fut pas ma surprise en lisant le compte rendu du journal Montagne de constater un certain nombre de différences entre les écrits et ce qui avait été dit en Conseil Municipal. J'ai du m'endormir ne retrouvant pas dans le style technocratique du journal les déclarations des élus en séance. Doit-on mettre cela sur un sommeil qui m'aurait gagné précocement ? Je ne le pense pas. Nous pourrions peut être écouter l'enregistrement mais nous risquerions comme cela s'est passé souvent à la Com d'Agglo qu'on nous oppose une panne d'enregistrement.

Préambule :

Le maire d'Yzeure, abordant la délibération sur la vente du bâtiment hébergeant la Cladette (crèche à Yzeure) s'est livré à de surprenantes déclarations politiques critiquant la loi SRU sans vraiment la nommer accusant même, toujours sans le nommer, le précédent député d'avoir voter une loi qui met à contribution la ville d'Yzeure, nous parlant de pénalité pour la ville. Je voudrais indiquer que cette loi est une loi qui date du 13 décembre 2000 sous le gouvernement Jospin et que depuis toutes les modifications apportées sont des marqueurs de la politique socialiste et de gauche. Quand on veut se revendiquer d'une investiture socialiste on n'émet pas de critique sur cette loi de solidarité. Et puis même si je suis resté 10 ans à l'Assemblée nationale, en 2000 je n'étais pas encore député ! Mais cette contribution demandée aux communes qui n'ont pas les 20 % de logements sociaux peut selon la loi peut être atténuée très  sensiblement si l'effort pour le logement social de la ville est reconnu. Cela a été le cas jusqu'en 2014 avec des retombées positives jusqu'en 2016.(fin du PRU)

La réalité du logement social à Yzeure :

La ville d'Yzeure ne peut pas atteindre compte tenu de son contexte historique, comme d'autres communes de France d'ailleurs, les 20 % de logements sociaux et en plus ce ne serait pas utile dans ces proportions, il n'y aurait pas de locataires.Tous les contingents de logements sociaux attribués à l'Allier, même sur plusieurs années ne suffiraient pas. Mais les efforts consentis par la ville d'Yzeure notamment à travers le Programme de Renouvellement Urbain (PRU) terminé en 2014 mais ayant des incidences financières jusqu'en 2016 ont permis d'éviter que l'Etat demande cette contribution. Aucune opération de logement social n'a été lancée ces dernières années. Ainsi il y avait 898 logements Sociaux à Yzeure en 2016,et fin 2019 il y en a 900. Aucune progression. Rien n'a été fait. Deux en plus et ce sont deux logements communaux qu'on a transformé ! Dans ces conditions, il impossible d'obtenir une réduction de la contribution. Il  faut même dire que certains qui se disent socialistes, et non des moindres tout en pratiquant une politique de droite et membre du bureau municipal soutenaient "les frondeurs". Ces "frondeurs" insistaient pour demander une contribution sur la base de 25, même 30 % de logements sociaux. Il faut connaître ses dossiers. J'avais prêché la modération au groupe socialiste de l'Assemblée nationale citant le cas des villes comme Yzeure. J'étais et je suis encore, dénoncé par labonne parole...soutien des "frondeurs" sur les pseudos tribunes du peuple des réseaux sociaux sur ce sujet comme sur d'autres d'ailleurs, accusé d'être sur un social-démocrate beaucoup trop timoré. Sauf que l'autre soir en conseil municipal, la bonne parole révolutionnaire s'est transformée en un silence de cathédrale accompagnée de regards contemplatifs de leurs propres pointes de pieds.

Alors les élections approchant on monte en catastrophe ce qui restera dans l'histoire d'Yzeure : " le coup de La Cladette".

D'abord on demande au CCAS d'Yzeure d'acheter le bâtiment du 35 de la rue de Verdun pour faire 3 ou 4  logements pour 220 000 €. Il dit oui mais aucune explication n'est donnée sur l'intérêt pour le CCAS ? Le CCAS ne gère aucun logement va-t-il mettre en place les moyens pour gérer 4 locataires ? Difficilement imaginable. Si les locataires ont des difficultés de paiement la ville devra verser une subvention d'équilibre complémentaire.

Ensuite le Conseil municipal décide de vendre au CCAS (structure municipale) le bâtiment. Tour de passe-passe. Il faut faire vite car si la décision doit être prise avant la fin de l'année pour espérer amadouer l'Etat et montrer que la ville d'Yzeure fait un effort et quel effort dans le domaine social. Ceci afin d'obtenir une réduction sur les 80 000 €...mais ce sera en 2021. Trop tard pour 2020. A quoi ça sert de se décarcasser avant les élections ? 

Troisième étape : Le CCAS qui n'avait rien demandé se retrouve propriétaire du bâtiment : vide ou plein. Qui va reloger les locataires actuels ? Aux frais de qui ?

Quatrième étape : le CCAS va casser quatre lieux qui existent en bon état : la crèche en bon état rénovée il y a peu d'années. Note au maire d'Yzeure et à la Montagne : quand on veut tacler en football il faut être sûr de son coup car on risque de manger de l'herbe. La Cladette a bien été créée il y a quelques années pour 9 places. Une dérogation avait été obtenue provisoirement pour 3 places supplémentaires. G. Devaux ne connaissait pas si mal ces dossiers. On supprime donc 9 ou 12  places de crèches.

On construit 12  à 16 places de crèches à Yzatis ? On sait combien ça coûte et dans quelles conditions ? Beaucoup ! nous vous en reparlerons dans un prochain article.

On casse le RASED, on le transfère. Qui paye ? Où va-t-on le reloger ? Combien ça coûte ?

On casse la médecine scolaire. Qui paye ? Où va-t-on la reloger ? Combien ça coûte ?

On casse le logement de secours et des artistes en résidence ? Qui paye ? Que fera t-on en cas de besoin ? J'ai pour ma part eu à prêter ce logement de secours qui était meublé pour une utilisation immédiate notamment en cas  de sinistre. J'aurais cru également que l'adjointe aux affaires culturelles serait motivée pour défendre ce logement un des atouts importants pour accueillir des troupes en résidences. Mais non !

Cinquième étape :

Le CCAS rénove crée 4 appartements :

Il emprunte, il faudra bien sûr une garantie de la ville et avec le concours technique de la ville pour réhabiliter les logements et les louer. Le CCAS va emprunter au moins 250 000 € et augmenter la dette indirecte de la ville.

On nous parle de confier tout cela a un organisme HLM qui deviendra donc propriétaire du bâtiment. Le patrimoine de la ville  aura été amputé de 220000 € et ce n'est pas la première fois que cela se produit. Tout ça par exemple au profit d'Evolea dont un actionnaire est le groupe Arcade. Vous parlez de privatisation ? Les quelques communistes isolés qui veulent les rejoindre vont avaler une couleuvre de plus. Tout cela pour gagner une petite réduction sur la contribution de 80 000 €.

Pour conclure on peut se demander qui a bien pu avoir cette idée folle non pas d'inventer l'école mais de monter cette opération dite du coup de la Cladette ! "This génération can't see further than  the tip of their nose ". 

Quel sera le gain pour la ville ? 

Guy Chambefort

Pour info

Extrait du rapport d'orientation budgétaire 2014 Yzeure

 

 

 

ArticlesPopulaires