Actualités

Les articles les plus lus sur regards 03:

   Le petit télégraphiste se trompe de chemin 479 lecteurs

    Edito de Guy Chambefort 422 lecteurs 

    Les augures de la victoire 382 lecteurs

Un grand merci pour votre fidélité ! Aidez nous à nous faire connaître!

Ce n’est pas la première fois que la gauche et plus particulièrement les militants qui ont constitué le parti socialiste se trouvent confrontés à l’incompréhension voire à un certain rejet des électeurs en France. C’est un moment de crise qui peut être salutaire.

Bien sûr, il y a eu incompréhension de la politique conduite qui n’a pas atteint les résultats attendus pour les plus démunis, les erreurs regrettables de certains membres du gouvernement, la fronde portée par un groupe de députés. Ce qui est le plus marquant cette fois selon moi c’est l’absence de projet lisible d’organisation de la société qui serait réaliste dans un monde en mouvement et en recherche de repères. En fait, quelle organisation de la société en France en Europe et dans le monde proposons nous.

De nombreuses interrogations ont lieu, dans les débats des sections et des fédérations : quelle Europe, quel système économique face à l’économie de marché mondialisée voulons nous ?  Quel projet social égalitaire face à la pauvreté, à la maladie, à l’absence de travail pour tous souhaitons nous ? Quelle république laïque, quelle place aux libertés individuelles ou frein à celles-ci dans une période de terrorisme, quel droit aux femmes et aux hommes face à leurs orientations sexuelles, à la procréation, à la mort, quelles réponses face au dérèglement de la planète…telles sont les questions que nous posons.

Pour tous ces sujets, peu seront clarifiés et appréhendés de manière majoritaire, permettant de définir une ligne d’horizon à tenir à court et plus long terme. Ligne d’horizon qui tient compte du passé et du présent, repère pour l’avenir. Cet horizon doit être porteur d’un nouvel espoir, laissant la place à l’initiative individuelle, dans une démarche collective apportant les corrections nécessaires aux inégalités inhérentes à la vie.

Si ces sujets n’ont pas été clarifiés ce n’est pas par ignorance des enjeux, par insuffisance intellectuelle, mais par manque de courage pour faire émerger des projets majoritaires hors des synthèses qui ne rassemblaient que le temps d’un congrès.

En effet, comment faire fonctionner un gouvernement dans lequel cohabitent ceux qui proposent une réponse sociale démocrate qui s’appuient sur un dialogue social réformiste. Il y a ceux qui estiment que des nationalisations de certains secteurs d’activités sont nécessaires, ceux qui proposent un revenu universel, qui considèrent qu’il faut mettre en place une nouvelle République et ceux qui veulent aménager la cinquième : une république laïque sans avoir la même lecture de la laïcité.

C’est concrètement ce qui s’est passé et en anéantissant une partie de la gauche. Certains électeurs déjà troublés par maintes évolutions dans la vie quotidienne où l’ascenseur social a disparu.

Et pourtant beaucoup de femmes et d’hommes savent que l’idéologie de droite n’est pas celle du socialisme et aujourd’hui de la sociale-démocrate.

Cette idée a été portée par Jean Jaurès, par Pierre Mendès France, par Michel Rocard, par Edmond Maire pour la réflexion sur l’entreprise et la place de l’homme dans celle-ci, prend tout son sens aujourd’hui.

Etre Socialiste au 21ème siècle c’est être social-démocrate, c’est considérer que l’homme libre est au centre des préoccupations de l’organisation des sociétés et non le contraire.

Il est donc nécessaire de prendre en compte les réalités de ce monde et en particulier que nous vivons dans un monde à ciel ouvert dans lequel les échanges commerciaux sont mondialisés, où la liberté d’entreprendre est indispensable au développement. La majorité de ce monde est capitaliste. Sachant aussi que toutes autres formes économiques ont très souvent été privatives de liberté.

Reconnaître ce monde tel qu’il est, n’est pas obligatoirement l’accepter, c’est vouloir en corriger les insuffisances, les excès, les inégalités en s’appuyant sur toutes les capacités individuelles exprimées par les forces sociales progressistes.

Etre social démocrate c’est reconnaître l’entreprise et tous ceux qui la composent, c’est reconnaître que l’entreprise n’est pas qu’un lieu d’affrontement, c’est défendre les libertés mais savoir faire régner la république laïque sur tous les territoires, c’est organiser l’exercice démocratique en permanence et non pas seulement au moment des élections…

Etre social-démocrate, c’est s’inscrire dans une perspective permanente de liberté individuelle et collective, d’émancipation de chacun, d’égalité et de solidarité, c’est savoir gérer les collectivités, le pays en acceptant l’idée de compromis issus du débat constructif et permanent. Le compromis ce n’est pas la compromission, ce n’est pas perdre la face ou son identité nécessaire, c’est souvent une étape nécessaire pour atteindre ses objectifs.

Aujourd’hui être social-démocrate c’est considérer que l’homme et la planète sont au centre des préoccupations pour l’organisation de la société.

Ecrire cette nouvelle page va être passionnant, l’écrire ensemble le sera encore plus. Merci

 

Daniel Delassalle

Mutualisation des services :

Cette mutualisation est une fausse mutualisation inadaptée à la Com d'agglo de Moulins. Nous y reviendrons dans un prochain article. Neuvy et Toulon ne sont que des prétextes : renseignez vous sur ce qui s'est passé pour ces communes. PA Périssol aurait démontré selon la presse "que l'agglo y gagnait". Plaisanterie ! Ce n'est qu'un transfert d'agents de la ville à la Communauté. Après le transfert qui doit être neutre financièrement au moment où il se produit....les évolutions des salaires des agents sont pris en charge par la Communauté par la suite et qu'en est-il de l'hébergement des agents, des primes.....C' est un gain pour la ville de Moulins ....Les maires des autres communes, sans peut-être s'en rendre compte ,ont voté pour faire payer l'évolution des salaires des agents transférés par les contribuables de leurs communes. Les élus Moulinois devraient aussi voter contre.. .En effet, si aux prochaines municipales le président de la Communauté et le maire de Moulins sont deux personnes différentes...le Maire de Moulins sera obligé de passer par le Président de la Communauté pour gérer sa ville. Il n'aura plus beaucoup d'agents à sa disposition. Les petits calculs à court terme ne sont pas synonymes de grandes visions.

Logiparc :

On revient sur la desserte du Logiparc par la RD 12 pourtant solution de sagesse car seuls les camions le desservant utiliseront cette voie.Tout nouvel axe aménagé entre RCEA -  RD12-  RN7 permettrait aux camions circulants entre RCEA et RN7 d'avoir un itinéraire plus court et gratuit lorsque la RCEA sera à péage. Si on en croit la presse...pas de trace de l 'arrêt des travaux de la plateforme ferroviaire... L' intermodalité raison même de la plateforme logistique est abandonnée.... Quelle somme a été dépensée pour réaliser la plateforme qui restera inachevée ? Nous vous en reparlerons ultérieurement.

REVITALISER LES CENTRES VILLES ET LES CENTRES BOURGS

La désertification des centres villes préoccupe de nombreux acteurs et élus, diverses études réflexions ont lieu. Aux élus des villes concernées de s’en inspirer.

La Fédération du Commerce coopératif et Associé (FCA) qui représente 180 enseignes et 97 groupements de commerçants avancent plusieurs propositions pour redynamiser les centres villes dont la création de zones franches en centre ville.

Cette fédération qui regroupe de nombreuses enseignes, environ 30 % du commerce en France et 500 000 emplois dont des « locomotives » comme Leclerc, les Mousquetaires, Système U, refuse l’opposition entre centre-ville et périphérie, qu’elle qualifie de non-sens, considérant qu’un même commerçant peut être au centre et en périphérie.

 

Créer des Zones Franches

Cette fédération propose pour redynamiser les centres bourgs et les centres villes la mise en place par les intercommunalités de zones franches sur le plan fiscal : pas d’impôt ni de taxe sur une zone définie avec la mise en place d’une fiscalité incitative en cas de réinvestissement dans l’entreprise. Deux sénateurs travaillent sur cette idée depuis quelques mois (un républicain Rémy Pointereau et un socialiste Martial Bourquin).

 

Des parkings gratuits pour les consommateurs

Autre proposition, outre la demande de stabilisation des outils de programmation de différents schémas et d’une ultime réforme de la réglementation sur l’urbanisme commercial, cette fédération propose d’optimiser les flux de circulation, avec un accès au centre ville qui se ferait au même coût pour les usagers que dans les centres commerciaux avec des parkings gratuits mis à la disposition des consommateurs

 

Bien entendu la Fédération du Commerce coopératif et Associé (FCA) considère qu’il n’y a pas de fatalité et que pour dynamiser un centre ville et un centre bourg : il faut en premier lieu s’occuper des causes de la vacance commerciale, parmi lesquelles la baisse démographique, l’aménagement urbain…

 

S’il n’y a pas de remèdes miracles des propositions et des expériences existent nous devrions nous en inspirer.

 

Daniel Delassalle

Suite à une indiscrétion parue dans la Montagne ,le dimanche 3 décembre 2017,j'ai demandé un droit de réponse sur deux points:

 Lors de la réunion de section du PS d'Yzeure ,je n'ai jamais déclaré quitter le PS. J'ai  simplement indiqué que je quittais la section d'Yzeure pour rejoindre une section d' agglomération en cours de création. Je n'avais nullement changé d'avis au cours de la nuit.

Je n'ai pas été mis en minorité puisqu'il n'y a pas eu de vote. Il n'y avait aucune raison pour qu' 'il y en ait un.

Dans l'édition du 10 décembre ,ma réponse n'a été reprise que partiellement sans beaucoup de clarté!

J'ai indiqué au Directeur départemental que je lui laisse la responsabilité de sa dissertation(selon  sa référence le Larousse: exercice écrit bref certes...; ) sur les querelles internes au PS.Il peut penser que ça fait vendre mais bon !

Cela m'amène à quelques réflexions:

        Le droit de réponse est indissociable de la liberté de presse ,c'est ce qu 'on apprend dans les bonnes écoles de journalisme.

        Je serais connu pour mon art consommé de la procédure ! Affirmation gratuite un peu provocatrice! Ancien député ,il me semble tout à fait logique que je m'intéresse au respect de la loi. Pour le reste, dans ma carrière politique ,je n'ai fait qu' un seul procès...et en diffamation. Est-ce de la procédure que demander un droit de réponse?"

         Dans l'édition du dimanche 10,on fait appel à un témoin bien mal choisi ,"qui ne peut rien  affirmer ,car dans la confusion (sic!) .....il n'est plus sûr de rien.....alors pourquoi avoir fait appel à ce drôle de témoin!

Voilà ce que j'ai dit clairement: "Je rassure le premier secrétaire fédéral ,je ne quitte pas le parti socialiste".....Un enregistrement très clair traduisant ce que j'ai dit prouve qu 'il n'y avait pas une telle confusion. Il est disponible, il suffit de le demander!!!!!

Tout cela me fait penser à une autre indiscrétion, parue en même temps, digne d'une cour d'école.....regardez- les ils  ont pris un vélo......là ce ne sont pas les pneus mais les tuyaux qui sont percés!

Un bon journaliste doit avoir de bons informateurs sinon il vaut mieux s' en passer.

Guy Chambefort