Actualités

Saint Donald

Abbé à Ogilvy, en Ecosse (VIIe siècle)

Il naquit, vécut et mourut en Ecosse. Avant de mourir, sa femme lui avait recommandé de veiller sur leurs neuf filles.
Quand elle mourut, les neuf filles décidèrent de se faire religieuses et saint Donald transforma sa maison en un couvent dont il devint le supérieur. On vit rarement, selon la tradition, une maison aussi fervente et un supérieur aussi bien soigné jusqu'à ses vieux jours.

 

Laurence Tubiana

 future première ministre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 
 wikipédia 

Laurence Tubiana, née le  à Oran (Algérie française), est une haute fonctionnaire française.

Économiste, universitaire et diplomate, professeure associée depuis 2003 à l'Institut d'études politiques de Paris où elle est titulaire de la chaire de développement durable, elle a aussi été présidente du conseil d’administration de l'Agence française de développement.

Elle a été ambassadrice pour les négociations de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques (COP21). À ce titre elle est souvent citée comme l'"architecte" de l'accord de Paris1. Elle dirige depuis 2017 la Fondation européenne pour le climat.

En 2019 et 2020, elle a coprésidé la Convention citoyenne pour le climat, un dispositif demandé par le gouvernement qui rassembla 150 citoyens tirés au sort2.

Biographie

Jeunesse et études

Émilie Laurence Tubiana est née le  à Oran en Algérie française3.

Son père, originaire d’une famille juive algérienne, est juriste et travaille dans l'industrie du tabac et le cinéma. Sa mère, née dans une famille de migrants grecs catholiques fut, avec sa grand-mère, la première importatrice de meubles scandinaves en Algérie en 19584.

Sa famille arrive en France en 1962, après la guerre d'Algérie5,6. En 1973, Laurence Tubiana est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris3,7. Elle obtient un doctorat en sciences économiques à l'université Paris 13,8.

Carrière professionnelle

INRA

Alors qu'elle prépare le concours d'entrée à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), elle est nommée assistante à l’Institut universitaire de technologie de Sceaux, recrutée par Lionel Jospin qui y enseigne9. Elle est nommée à l'INRA en 19768. Elle y est assistante de recherche, chargée de recherche puis directrice du laboratoire d'économie internationale jusqu'en 1997. Elle y est également directrice de recherches de 1995 à 20023.

Elle crée l’ONG Solagral dans les années 809.

Années 2000

De 1998 à 2002, elle est cheffe de délégation pour la négociation sur le changement climatique, de la biodiversité et du protocole sur la biodiversité (Protocole de Kyoto) et chargée de mission puis conseillère auprès du Premier ministre Lionel Jospin sur les questions de développement durable. De 1999 à 2001, elle est conseillère scientifique et membre du Conseil d'analyse économique (1999-2001) auprès du Premier ministre. Elle fonde en 2001 le think tank français Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) qu'elle dirige de 20023 à 201410.

En 2009, elle est nommée chef de délégation adjointe pour la conférence de Copenhague de 2009 sur les changements climatiques (COP15) puis directrice des biens publics mondiaux au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères3.

Années 2010

En 2012, Laurence Tubiana prend le rôle de facilitatrice du débat national sur la transition énergétique (DNTE)11, qui aboutira à un projet de loi retravaillé depuis 2014 et à l'adoption de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en 2015.

Laurence Tubiana est nommée, le , présidente du conseil d’administration de l'Agence française de développement12,13.

Le , Laurence Tubiana est nommée représentante spéciale du gouvernement français pour la conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques (COP 21), par Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères14, puis, le , elle est nommée ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique pour la conférence de 201515. Elle est notamment chargée de négocier l'accord international conclu à Paris (ou accord de Paris) le , lors de la COP 21. Elle est ensuite chargée de suivre les engagements de la COP 21 jusqu'à la fin de la COP22 en tant que championne de haut niveau pour l’action climatique pré-2020 auprès de la CNUCCC16. Dans ce cadre, elle participe en  au Global Climate Action Summit organisé à San Francisco17, avec entre autres Anne HidalgoSégolène Royal et Al Gore18.

En , à la suite de l'adoption de l'Accord de Paris en 2015, elle est nommée Championne de haut niveau pour l’action climatique auprès de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC)19.

Le , elle est nommée présidente de la commission chargée de l'examen des candidatures à la fonction de président de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA)20. Elle est membre du conseil d'administration de plusieurs organisations, notamment du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, de l'India Council for Sustainable Development, du China Council for International Cooperation on Environment and Development et du conseil d'orientation stratégique de l'Institute for Advanced Sustainability Studies (en)10.

Elle dirige depuis  la Fondation européenne pour le climat21.

En Emmanuel Macron annonce la création d'un Haut Conseil pour le climat, au sein duquel siège Laurence Tubiana22.

En , Laurence Tubiana est renouvelée dans ses fonctions de présidente du conseil d'administration de l'Agence française de développement23.

Le , elle est nommée marraine de la promotion 2020 de l'École des Mines de Paris[réf. souhaitée].

Parcours professoral[modifier | modifier le code]

Laurence Tubiana enseigne comme professeure associée à l'Institut d'études politiques de Paris. Elle est directrice de la chaire de développement durable de l'école depuis 20043, ayant été nommée par Richard Descoings pour développer l'enseignement des questions environnementales à l'Institut24. De 2004 à 2014, elle est aussi professeure invitée à l'université Columbia, au sein de la School of International and Public Affairs (en) (SIPA).

Elle codirige depuis 2007 la publication de l'Annuel du développement durable - Regards sur la Terre8.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Laurence Tubiana a toujours revendiqué être de gauche ; militante à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) dans sa jeunesse, c'est une proche de Lionel Jospin9.

Lors de l'élection présidentielle française de 2012, elle signe l'appel des économistes en soutien au candidat François Hollande en raison de « la pertinence des options [proposées], en particulier pour ce qui concerne la reprise de la croissance et de l'emploi »25.

Le , quelques jours après les élections législatives anticipées, elle est proposée par le Parti SocialisteLes Écologistes et le Parti Communiste Français, à la France insoumise pour devenir Première ministre26.

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Laurence Tubiana reçoit le doctorat honoris causa de l'Université Catholique de Louvain, Louvain-La-neuve, le 27.

Elle est nommée inspectrice générale de l'agriculture en 200028.

 Officière de la Légion d'honneur. Elle est nommée chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur en 2000, puis promue officier le  en qualité de « directrice d'un institut en faveur du développement durable 

 

 

Le château de la cour à Contigny

Le seul château dans la collection  de photos des châteaux de l' Allier dont les propriétaires ont demandé de faire disparaitre la photo ,

Comment les adhérents du rassemblement national pourront trouver ce lieu ? Résidence de Anne Mareschal de Longueville de la Rodde  château de la cour à Contigny candidate du R haine dans la première circonscription .Il vaut mieux s' appeler Monnet ! Jean Monnet ou Claude Monet 

Nous reviendrons sur la famille de la Rodde originaire du  Gévaudan

Cela vous fait penser à quoi le Gévaudan !

 

 

 

Edgar Morin : "L’heure d’une nouvelle résistance est venue."
"Face aux mensonges, aux illusions et aux hystéries collectives", il appelle à former "des oasis de fraternité."

Bernard Cazeneuve

 

Chers amis,

 

Les Français vivent des moments éprouvants, depuis la décision prise par le président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale, exposant notre pays au risque de le voir gouverner par le Rassemblement national.

Chacun a bien à l’esprit que c’est cette perspective, qu’il nous faut à tout prix éviter. Pour tous ceux qui à gauche, sont de fervents républicains, l’alliance nouée par les partis de gouvernement avec le NPA et la France insoumise a pu être vécue comme une blessure. Comment en effet combattre efficacement l’extrême droite, dont la xénophobie et l’antisémitisme procèdent de son histoire, puisant aux sources de la collaboration, si nous ne sommes pas nous-mêmes irréprochables dans la lutte contre l’antisémitisme, le terrorisme et si nous n’affirmons pas notre attachement à la laïcité et notre refus du communautarisme ? Entre l’antisémitisme par nature des uns et l’antisémitisme par cynisme des autres, pourquoi choisir ? Et comment tenir une position digne, sauf en nous tenant à une saine distance de ces deux extrémismes dont on perçoit les dangers qu’ils font courir à notre pays, sur le plan de ses engagements européens, de son combat contre les dictatures, mais aussi du respect des principes de l’État de droit, du multilatéralisme et du droit international ?

Dans la perspective du scrutin de dimanche prochain, nous devons donc voter d’abord pour les candidats de la gauche de gouvernement, pour ceux qui socialistes, communistes, radicaux, écologistes et républicains ont une ligne claire et qui déplorent pour beaucoup, j’en suis convaincu, les alliances conclues à la hâte. Si un tel vote devait ne pas s’avérer possible pour des raisons tenant à la configuration locale, chacun saura choisir, parmi les candidats en lice, ceux dont l’attachement aux valeurs de la République est le plus fort et le refus du RN le plus net. 

Au second tour, la discipline républicaine devra permettre d’éviter le pire, aucune voix ne devant jamais se porter sur les candidats du Rassemblement national.

Je comprends que certains d’entre vous ne partagent pas ma position sur le Nouveau Front populaire, sur les craintes que m’inspirent les positions de LFI.

Nous sommes tous, dans ces moments troublés, traversés par des contradictions, des hésitations, des doutes et c’est bien légitime. Pour ma part, j’ai fait le choix de la cohérence, de la constance et de la sincérité. Encore une fois, on ne peut, pour des raisons morales, combattre le racisme, la violence et l’antisémitisme de l’extrême droite, et s’allier dans le même temps à des organisations dont les positions récentes ont témoigné d’un antisémitisme que l’on n’imaginait pas possible à gauche. Par ailleurs, du point de vue de l’efficacité politique, on ne peut gagner face à l’extrême droite en dissuadant les électeurs raisonnables et modérés de porter leurs suffrages sur les candidats de la gauche, s’ils appartiennent à des formations aujourd’hui rejetées. Le nombre de sièges perdus pour ces motifs risque de se compter par dizaines au terme du scrutin, au seul profit du Rassemblement national, dont le NFP était pourtant censé éviter la victoire. Les études d’opinion récemment publiées montrent que ce mouvement funeste est désormais à l’œuvre. Là est donc à mes yeux la vraie question, celle que la lucidité devrait nous conduire à regarder en face. 

Voilà ce que je voulais vous dire sincèrement et en conscience. Le chemin est long du retour de l’espérance, qui appellera du courage et du caractère. Pour ma part, je dirai toujours ce que je crois juste, sans autre préoccupation que celle de notre pays et des valeurs que nous avons en partage. Il est des moments dans la vie d’un pays où il faut ne pas avoir peur de ses convictions, les défendre sans calculs et prendre son risque. 

 

Bien fidèlement.

 

Bernard CAZENEUVE