Actualités

 

Nouvelles des Socialistes ,NUPES, Manifeste Bernard Cazeneuve !!!

 

Parti Socialiste

Au niveau national

Mardi dernier, 22 novembre, Bernard Cazeneuve avait réuni en visioconférence les référents départementaux du Manifeste.

Pour l’ Allier, le référent départemental est François Laplanche de Montluçon.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Dans son propos d'introduction Bernard Cazeneuve a évidemment abordé la question de la NUPES dont il a dit qu'imaginer qu'elle pourrait permettre un jour d'amener la gauche à gouverner la France et de gagner une élection présidentielle est un pur fantasme. Elle est vouée à sa décomposition et il s'agit de construire une autre proposition.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Est-ce que le fait de ne pas être organisé, structuré comme un parti politique n'est pas une faiblesse handicapante du Manifeste pour la suite ?

Selon Bernard Cazeneuve  Nous sommes dans la phase de congrès des partis, nous devons rester tels que nous sommes jusqu'en février. Il ne s'agit pas maintenant de créer un nouveau parti.

Mais nous avons à nous préparer pour l'après congrès du Parti socialiste en particulier.

Si Olivier Faure est reconduit dans ses fonctions, beaucoup de militants du PS quitteront le parti. Nous devons être en mesure à ce moment-là de les accueillir. Mais quittant un parti qui les aura beaucoup déçus on peut penser que ce n'est pas vers un autre parti qui se serait constitué sans eux qu'ils se tourneront.

Voilà pourquoi il n'est pas temps de nous transformer en parti.

Si Olivier Faure n'est pas reconduit, une autre perspective s'ouvrira avec les composantes de la nouvelle majorité du parti socialiste. Nous devons être disponibles, car le PS sera affaibli.

Nous devons penser aux militants socialistes qui depuis plusieurs années ont déserté le PS par déception, à ceux qui, non pas pour continuer à nourrir leur ego et à se maintenir dans la lumière du pouvoir, mais parce qu'ils ont cru sincèrement un temps en Macron, ont malgré tout conservé une fibre sociale-démocrate et sont mal à l'aise avec la réalité du macronisme.

Et puis il y a aussi tous ceux et celles qui s'inquiètent des risques que font peser sur notre République les extrêmes et la perspective d'un durcissement extrême de la droite, sans pour autant jusque-là avoir trouvé une voie satisfaisante pour s'engager.

 Au niveau départemental

Manifeste03 Bernard Cazeneuve

Il s'agissait de faire un point de situation dans les départements dans lesquels les situations sont très variables en fonction du nombre d'adhérents.

Nous sommes peu nombreux dans l'Allier, répartis sur tout le territoire du département. Il est donc important de recruter en adressant auprès de vos relations personnelles le texte du Manifeste, mais aussi les Bloc-note de Bernard Cazeneuve,

La position vis-à-vis du PS départemental doit être la même

Dans l’Allier, le Conseil fédéral n’est plus représentatif, il est dirigé en grande partie par des personnes qui n’ont plus aucune légitimité. Ils ont soutenu un candidat qui s’est présenté contre le candidat officiel désigné par la Parti au sein de la NUPES. Ils sont exclus de fait. Ils ne paient pas pour nombre d’entre-eux cotisations et reversements d’indemnités au point que le trésorier fédéral a dû lancer un message. En restant en place , il s’agit d’un coup d’état permanent .

 Là aussi, il faut attendre les congrès  du PS en veillant à que certaines personnes ne participent pas à certaines désignations desquelles doivent être exclues aussi bien comme candidats que comme électeurs

Au niveau local Section Moulins Yzeure :

Le problème est le même qu’au niveau départemental. Les membres de la section du PS ne peuvent plus voter, ni être candidats  pour les mêmes raisons que précédemment.

Manifeste Bernard Cazeneuve 03 Nord Allier :

Même position qu’au niveau National,Départemental, Local

 La Montagne a publié un très long article sur Bosch Moulins le samedi 26 novembre 2022. Tout au long de l'article la rédactrice fait référence à la situation de Bosch sur Moulins  .On retrouve là la volonté de la ville centre de s'accaparer tout ce qui existe et ce qui se fait dans cette agglomération avec la bénédiction de la presse locale . IL existe un conseil vieux comme le monde que l'on donne fréquemment aux élèves mais qui peut être avantageusement étendu aux journalistes : Quand on ne connait pas la géographie, on révise son histoire .

En effet la rédactrice aurait dû savoir que lorsque Bosch a repris le site d'Allied signal (Bendix) seule la ville d'Yzeure a accepté de l'exonérer pendant 5 ans de Taxe professionnelle (qui existait à l'époque : création de la communauté d'agglomération) . Et que la ville de Moulins a refusé toute participation pour la dédommager du fait que cette entreprise était sur Yzeure .

La ville a ainsi perdu cette  taxe professionnelle, qui était la plus importante de la ville pendant 5 ans  et qui est ensuite devenue ressource intercommunale  .

Si la Ville d'Yzeure n'avait pas historiquement fait  ce gros effort financier ,l'usine Bosch n'existerait plus géographiquement .

Notre rédactrice n'aurait donc pas pu écrire son article cependant bien documenté !

Et surtout il n'y aurait pas 350 emplois à Yzeure !

Guy Chambefort

En lisant la Montagne !

Voilà ce qu'écrit le quotidien local dans l' article "Emmaus veut rouvrir les quais ...mais " dans son édition du Samedi 26 novembre 2022

"Emmaus Moulins aimerait rouvrir le site du quai d'Allier avant les fêtes et argue que la remise aux normes est faite...mais avant d'avoir eu les préconisations définitives.La  ville de Moulins somme par ailleurs l'association de supprimer les barnums "illégaux ".

Prière de démonter les barnums " montés sans permis de construire ".

Deuxième point de discussion, les fameux barnums " structures installées illégalement "dans la cour et qui n'ont jamais été autorisées par une autorisation d' urbanisme pointe la ville de Moulins .
 Ah bravo ! la ville de Moulins est d'une rigueur à toute épreuve pour les règles d'urbanisme relatives à une association qui joue un rôle social. Très bien mais la rigueur est- elle la même pour tout le monde?

Comme dit la presse la ville de Moulins pointe ...mais ses qualités à la pétanque pour pointer ne sont pas toujours les mêmes. 

Ainsi la ville de Moulins a laissé monter non seulement un barnum mais aussi un chapiteau à destination du MYF au stade Hector Rolland il y a deux ans en zone inondable  ;

Y -a- t-il eu un permis de construire accordé, ? Et pourtant - les barnums et chapiteaux pour le MYF accueillent du public? Y-a-t-il eu passage du SDIS ?

Que fait la préfecture dans ce dossier d' Emmaus ? regards03 constate que dans cette affaire le bric à brac n'est pas vraiment chez Emmaüs mais  la grande confusion  règne entre la communauté d'agglomération, la ville de Moulins ,Evoléa, Arcade,

Quant à la Montagne il faut et faudra aussi écrire sur tous les barnums et les chapiteaux qui ont été montés ou qui risquent d' être montés  sans permis dans cette capitale du Bourbonnais et puis est -il utile de faire ressurgir dans l'article les victimes du déport à la fin pour un problème de cour ! A qui appartient la cour ?

Il ne faut pas se déporter sur tous les dossiers.

Quant à la gauche, elle ne dit rien sur ce dossier . Elle est muette son porte-parole doit dormir. Il est vrai qu'il est président de la commission des grands équipements et non des barnums et chapiteaux !!!!!!!

guy chambefort

 

 

Il est étrange que la Société d'Emulation du Bourbonnais organise une conférence sur le thème " Renaissance de Jacques Chevalier" .           

Dans cette présentation il n'est fait aucune allusion à son sombre passé politique .

regards 03 a recherché pour vous des pages de son histoire dans sa totalité

Voici quelques lignes de présentation du livre de Daniel  Bloch:

Ancien recteur des université

 

 Jacques Chevalier et Emmanuel Mounier : deux philosophes, le maître et l'élève, engagés dans la vie de leur pays. Les liens d'amitié entre Jacques Chevalier et Emmanuel Mounier, noués dès 1924, se relâchent progressivement, sans pour autant disparaître, dès lors que le national- socialisme dévoile sa vraie nature, que l'Allemagne rompt le traité de Versailles, que la guerre civile espagnole fait rage, que le Front populaire s'effondre, que s'ouvre le chemin conduisant à l'institution de l'Etat français, et que cet Etat met fin à la démocratie et à la République.

En 1932, Emmanuel Mounier crée, avec l'appui de Jacques Chevalier, la revue Esprit. Celle-ci, d'abord tolérée par les autorités de Vichy, sera interdite au bout de quelques mois, mais elle réapparaîtra à la Libération. Jacques Chevalier, engagé depuis toujours dans un combat contre le "laïcisme" deviendra ministre du Maréchal Pétain. En charge de l'Instruction publique, il réintroduira Dieu à l'école et sera condamné en 1946, en Haute Cour de justice, compte tenu de ses fonctions ministérielles.
Cet ouvrage prend appui sur leurs échanges de correspondances et sur les verbatims de leurs entretiens, pour la plupart inédits. Il apporte une contribution significative à l'histoire de notre temps. Il bénéficie d'une préface de l'historien Antoine Prost.

Jacques Chevalier selon Wikipédia 

La ligne éditoriale d'Esprit rencontre rapidement l’hostilité de Jacques Chevalier. Mounier n’est pas indifférent à la pensée de Marx, alors que Chevalier combat le « matérialisme allemand » dont, pour lui, le marxisme serait issu. Mounier se range du côté du Front populaire, cependant que Chevalier anime l’Union nationale des membres de l’enseignement public qu'il avait créé en 1925 afin de regrouper des enseignants catholiques qui s’estimaient persécutés en raison de leur foi, et qui l'estimeront l'être plus encore dès lors que le gouvernement de Front populaire sera au pouvoir. Chevalier soutient en Espagne la révolution franquiste alors que Mounier en dénonce l’ADN fasciste. Même si l’un et l’autre, pour un temps très court, se retrouvent avec l’espoir d’une réussite de la “Révolution nationale”, qu’incarne l’Etat français, Mounier en saisit rapidement les dangers, alors que Jacques Chevalier, s’engage aux côtés du Maréchal Pétain, dont il deviendra ministre pour quelques mois

Dans le gouvernement de Vichy

Avant de faire partie du gouvernement de Vichy, Jacques Chevalier avait accepté en 1937 une mission de réorganisation de l'enseignement espagnol auprès de Franco, dans une Espagne alors en pleine guerre civile. Comme il n'avait pas prévenu le gouvernement, ainsi qu'il était coutume de le faire, Jean Zay, alors secrétaire d'État à l'Éducation nationale, signa une circulaire prescrivant « qu'aucun universitaire français ne pourrait accepter une mission officielle d'un gouvernement étranger sans l'autorisation de son ministre » de tutelle.

Secrétaire général à l'Instruction publique2 du 11 septembre au 13 décembre 1940, Chevalier dénonce à Pétain l'intention qu'avait eu son prédécesseur au ministère, Georges Ripert, de consulter le secrétaire général du Syndicat national des instituteurs (SNI), André Delmas, et contribue à son renvoi, le 13 décembre 1940.

Il le remplace alors au poste de secrétaire d'État à l'Instruction publique et à la Jeunesse. Il occupe ce poste du 14 décembre 1940 au 23 février 1941.

Contre sa propre administration restée fidèle au principe de laïcité, il mène une action visant à réintroduire Dieu dans les programmes scolaires. Lors de la réforme des programmes entreprise par Georges Ripert en novembre 1940, Jacques Chevalier ajoute un paragraphe dans les programmes de Morale : « Entretiens familiers et lectures sur les principaux devoirs envers nous-mêmes, envers nos semblables (Famille et Patrie) et envers Dieu ». Les devoirs envers Dieu avaient été inclus dans le plan d'études des écoles primaires élémentaires publié le 18 janvier 1887, supprimés le 23 janvier 1923 et rétablis, discrètement, dans de nouvelles instructions signées de Léon Bérard ministre de l'instruction publique et datées du 20 juin 1923.

Il fit de l'instruction religieuse un enseignement à option par la loi du 26 février 1941. L'article 4 du concordat négocié entre la République française et le Saint-Siège au premier semestre de 1940 prévoyait cette mesure.

Chevalier alléguera après-guerre, notamment à ses procès, avoir négocié des accords secrets entre Churchill et Pétain, mais de nombreuses mystifications ont obscurci la réalité : Chevalier a transmis une note écrite de Lord Halifax, ancien camarade d’Oxford. Churchill propose à Pétain de se replier en Afrique du Nord et d’y envoyer six divisions. Pétain lut la note et dit : « Nous ne l’avons pas reçue ». Elle resta sans réponse.

Une contestation violente de Chevalier vient de la presse collaborationniste de Paris (L'Œuvre de Marcel DéatLes Nouveaux Temps de Jean Luchaire) pour son attitude au moment de la mort d'Henri Bergson, le 4 janvier 1941, pour avoir présenté des condoléances officielles à la veuve du philosophe à la radio de Vichy, et pour sa politique cléricale. Son successeur, Jérôme Carcopino, a rapidement fait disparaître les devoirs envers Dieu dans les programmes par des références à d'autres notions universelles comme les valeurs spirituelles ou les civilisations chrétiennes. L'enseignement de l'instruction religieuse à option dans les locaux scolaires devient facultatif et dispensé en dehors des locaux scolaires.

Chevalier interdit par ailleurs aux Juifs par circulaire du 10 février 1941 la préparation des concours de l'agrégation, en application du statut du 3 octobre qui interdit aux Juifs d'être fonctionnaire. Cependant il ne cède pas à la volonté de Claude Vacher de Lapouge, venu le solliciter en décembre 1940 pour la création au Collège de France d'une chaire destinée à l'enseignement des doctrines racistes. En janvier 1941 également, il destitue un professeur de l’université de Grenoble d’origine juive, ce qui lui vaut la rupture avec Emmanuel Mounier, son disciple.

Chevalier devient ensuite secrétaire d'État à la Famille et à la santé, poste qu'il occupe du 23 février 1941 au 12 août 1941, qui est marqué par quelques réformes concernant la mise en place d’allocations de retraite aux vieux travailleurs et une loi facilitante l'adoption. Une extrême fatigue et la déception devant les difficultés de l'action40 contraignent Chevalier à se retirer en août 1941.

Fin de la guerre: opposition à la résistance et arrestation à la Libération

En octobre 1942, après un long repos il reprend alors sa charge de professeur et de doyen à Grenoble. Chevalier n'hésite pas à inscrire à la faculté pour les protéger plusieurs jeunes filles israélites ainsi que deux jeunes républicains espagnols.

L'année 1944 est particulièrement agitée pour l'ancien ministre. Il se permet au cours d'une conférence à Paris de dénoncer la présence de l'occupant, mais à la suite des offensives des Forces françaises de l'intérieur dans la région bourbonnaise, il écrit des lettres à divers responsables gouvernementaux de Vichy dans lesquelles il réclame des armes pour des « hommes sûrs » afin de lutter contre la subversion communiste en ce printemps 1944. Il approuve les exactions de la Milice3 et fait appel à elle contre les étudiants résistants de Grenoble, provoquant une hécatombe.

Un groupe de F.F.I., ayant intercepté un de ses appels téléphoniques au cabinet de Darnand lui demandant d'intervenir contre le maquis présent dans la forêt de Tronçais, arrête Chevalier le 25 juin 1944 dans sa maison de Cérilly pour le conduire dans un maquis-prison itinérant. . Sa demande d'intervention sera suivie d'effets, avec du côté des résistants huit morts et quatre blessés. Il sera retenu prisonnier dans la forêt de Tronçais où il assiste à l’exécution par un détachement de F.T.P., de familles de miliciens fuyant la Libération en train vers l’Allemagne. Il est ensuite transféré au centre pénitentiaire de Fresnes le 24 mars 1945.

Il témoigne au procès du maréchal Pétain le 7 août 1945 au sujet des négociations franco-britanniques. Puis, pour raison de santé, il est mis en liberté provisoire le 7 novembre 1945, jusqu'à ce que se tienne son procès le 11 mars 1946 ; Marcel Héraud, son compatriote de Cérilly, est son avocat, ainsi que Marcel Poignard et Roger-Adolphe Lacan.

Le 12 mars 1946, il est condamné à vingt ans de travaux forcés, à la dégradation nationale et à la confiscation de la moitié de ses biens. Une mesure présidentielle allégera peu après sa peine  : il bénéficie d'une mesure de libération conditionnelle le 8 mars 1947 et est gracié par décret le 7 août 1947.

Il se retire alors à Cérilly pour se consacrer à la rédaction de ses travaux philosophiques, notamment sa monumentale Histoire de la Pensée. Le tome 2 consacré à la pensée chrétienne n’a pas convaincu le médiéviste Georges Duby par sa vision « sommaire » et « enfantine » du Moyen Âge, parfois déformée : Georges Duby relève ainsi que selon Chevalier l’époque médiévale tardive est synonyme de confusion, c’est-à-dire « ce qu’aime la masse… lorsqu’elle n’est pas maintenue, éclairée et guidée par un chef ». Le régime corporatif des artisans et commerçants y est loué mais déformé.

guy chambefort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Ruffin, député de la Somme, a récemment indiqué dans plusieurs médias, dont l'Obs, qu'il souhaitait redonner du sens au mot "social-démocrate", espérant des "compromis" pour augmenter les salaires et taxer les super-profits.

Avant tout et pour éviter les faux débats, il faut rappeler ce qu’a été la social-démocratie. Dans son épure, le modèle social-démocrate combine une stratégie politique réformiste et une forme d’organisation qui repose sur les liens étroits entre un parti de masse, fortement implanté dans la classe ouvrière, hégémonique et quasi unique à gauche, et un mouvement syndical tout aussi puissant.

La convergence des deux forces permet généralement la constitution d’un tissu dense d’associations, instituts de recherche, mutuelles et œuvres sociales diverses. Ce modèle social-démocrate a largement dominé l’histoire politique de l’Europe du Nord après 1945. Les syndicats y sont alors assez puissants pour imposer à un patronat, lui aussi structuré à l’échelle nationale, des compromis favorables aux travailleurs

Principales caractéristiques de la social-démocratie

Les principales caractéristiques qui définissent la social-démocratie moderne, ainsi que ses revendications dans les différentes instances parlementaires sont :

 

  • Économie mixte.
  • Des services publics renforcés.
  • Éducation gratuite et universelle.
  • Soins de santé gratuits et universels.
  • Un système de sécurité sociale solide.
  • Politiques d'immigration et diversité culturelle.
  • Démocratie représentative forte.
  • Soutien à l'écologie.
  • Soutien à la création de représentants intermédiaires qui veillent aux intérêts des groupes les plus vulnérables (syndicats, organismes de concurrence, organismes d'aide aux consommateurs…).
  • Fiscalité progressive.
  • Politique progressiste, contre les valeurs conservatrices.
  • Promotion de ce que la social-démocratie appelle la « justice sociale ».
  • Politique étrangère fondée sur le coopérativisme et le multilatéralisme.