Actualités

L'observatoire de regards03 s'est penché sur le financement du projet de rénovation de la Gendarmerie à Yzeure

Qu'elle n'a pas été la surprise des membres de l'observatoire de voir comment a été construit le budget annexe de la gendarmerie en 2021 ! On nous dit que parfois on critique un peu trop facilement certaines choses. Mais là! Qui a pu imaginer un tel montage financier, l'observatoire n'en félicite pas les auteurs. C'est même inquiétant pour les finances de la commune dans l'avenir et la durée de déroulement des travaux.

Qu'est ce que c'est que cette histoire ?

Dans le budget 2021 on prend en compte le loyer pour financer des travaux, loyer transféré à la section d'investissement auquel on ajoute un emprunt très faible  à pour arriver à un montant de travaux très faible aussi ,500 000 euros en mangeant tous les reports, les restes à réaliser plus le résultat !!!! Cette façon de faire va conduire à une durée beaucoup trop longue des travaux (7 à 8 ans) qui entrainera des frais de réparation de l'ancien, frais qui vont se prolonger sur tout cette période de travaux.

Lorsqu'on construit ou réhabilite, on investit en empruntant sur la durée prévisible du bien et on fait en sorte que les loyers (dans ce cas) servent au remboursement des emprunts. C'est comme cela qu'une ville se développe. C'est ce qui s'est passé à la construction de cette gendarmerie. En plus à l'époque les taux d'intérêts étaient élevés ce qui a nécessité pendant de nombreuses années une subvention d'équilibre de la ville.

Que faut-il faire ? Les chiffres donnés ici sont arrondis, ils demandent à être précisés.

Ainsi pour un montant de travaux de 3 500 000 euros montant évoqué, on pourrait financer 3 000 000 euros par emprunt auquel on ajouterait 500 000 euros pour des travaux en régie(faits par les employés communaux) notamment sur certaines finitions (les deux équipes municipales, à conforter, pourraient être utilisées lors des vacances dans les écoles).

Le loyer annuel versé par la gendarmerie est de 215 000 euros.

Ainsi si on emprunte 1 000 000 euros, en 2021, on remboursera en 2022 une annuité de 75 000 euros (prêt de 15 ans à 1,5%) soit un reste de loyer disponible de (215 000 - 75 000 = 140 000 euros).

Ensuite 1 000 000 euros en 2022 on remboursera en 2023 une annuité de 75 000 euros x 2 = 150 000 euros soit un reste de loyer sur l'année de (215 000 - 150 000 = 65 000 euros) soit au total sur 2021 et 2022 (140 000 + 65 000 = 205 000 euros) de loyer disponible.

En 2023, 1 000 000 euros on remboursera en 2024 une annuité de 75 000 euros x 3 = 225000 euros soit un déficit de loyer de - 10 000 euros (215 000 - 75 000 x 3= 225 000 €).

Sur 12 ans, ensuite on remboursera toujours une annuité de 225 000 euros par an jusqu'en 2036. Rappelons ce que nous avons dit précédemment nous avions un excédent de 205 000 euros qui diminuera de 10 000 euros par an il restera au bout de 12 ans (205 000 -120 000 = 85 000 euros). Tous ces chiffres doivent être affinés.

Il faut discuter avec l'Etat malheureusement je crains qu'Yzeure n'ait plus beaucoup d'autorité.. Il faut faire pression. Ce n'est plus une brigade territoriale de gendarmerie ? Yzeure n'a plus d'obligation. Négocier un emprunt plus avantageux 20 ans au lieu de 15 ?

Taux d'intérêt à faire baisser (Calculs faits avec un taux de 1,5 ) !

Et la Com. d'agglo? La brigade motorisée intervient notamment sur les axes N 7 et RCEA. Pourquoi Yzeure supporterait seule le coût logement des gendarmes ?

Que l'équipe municipale ne nous parle pas de l'endettement, le budget de la gendarmerie est un budget annexe. L'endettement lié à un emprunt de 3 000 000 euros correspond à une dette de 225 euros par habitant garantie par un loyer payé par l'état. Cette dette se réduirait de 5,5 euros par an. Il n'y a pas de lien avec le budget principal. Sauf s'il faut mettre au pot un peu d'argent pour l'entretien mais le bâtiment sera neuf. Cependant en négociant bien les emprunts on pourrait trouver un équilibre sans subvention d'équilibre.

C'est le même problème avec le budget annexe de la cuisine mais dans ce cas on n'est pas sûr de la vente des repas !

Ont-ils pensé que le budget de la Mothe est aussi un budget annexe ?

Même si on vend le théâtre, il ne sera pas si facile de récupérer le montant de la vente sur le budget principal  !!!!! Eh oui !

L'équipe en place était tellement occupée depuis 2014 à montrer qu'elle baissait la dette, sans trop savoir pourquoi d'ailleurs.

C'était pour critiquer leurs prédécesseurs dont ils faisaient pourtant partie et pour passer pour des parangons de la rigueur financière. Ils se sont mis le doigt dans l'œil jusqu'au coude comme on dit. Et la politique financière qu'ils ont mené et qu'ils continuent les conduira inexorablement à un niveau de dette supérieur à ce qu'ils avaient reçu en héritage. Ils laisseront un patrimoine en mauvais état après en avoir vendu une autre partie...avec en plus la ZAC de Sainte Catherine sur les bras de leurs successeurs  (la ZAC pas Sainte Catherine) !

 Pour l'observatoire Guy Chambefort

 

CULTURE DE BOUTIQUIERS :

Maintenant que tout le monde sait que la ville est décidée à ne plus rien posséder au Parc de la Mothe et qu’on sait aussi que tout peut se décider en catimini, on est en droit de s’interroger sur le devenir du boulodrome et du tir à l’arc.

Les boulistes de Pagnol et les amis de Pâris pourraient bien être aussi peu considérés que ceux de ce pauvre Alfred Jarry.

Santons de Provence boulistes de Pagnol

 

Qui aurait dit qu’un jour, à la Mothe, que la guerre de Troie aurait lieu, et qu’après la liquidation des planches d’Ubu, la flèche de Pâris viendrait trancher le tendon d’Achille ?

 

En matière d’archers, le carreau d’arbalète de Guillaume Tell aurait ceci de commun en dehors de son nom, d’user de la même manière pour dégager les boulistes, pris cette fois pour des pommes, pour les besoins de l’histoire.

Guillaume Tell de Rossini transmis du théâtre de la Mothe

 

Les secrets de cette énigme seraient donc contenus dans la littérature, et puisque la culture cohabite désormais avec l’intention mercantile, il n’est aucune raison pour qu’il n’en soit pas de même avec le sport.

Tout ceci pour dire à qui voudra comprendre, que dès qu’on réalisera que le boulodrome fait supporter une trop grande surface à la ville, elle le vendra !

Mesdames et messieurs les boulistes et archers, que ferez vous une fois expulsés ? Sans doute on n’ose vous en parler pendant l’hiver, mais si en catimini on décide de vendre, rien ne vous protégera après l’été. Voyez les artistes en résidence, comme on les traite, en attendant de s’en débarrasser complètement par souci d’économie.

Rien ne résiste donc aux intérêts financiers que le désintérêt pour la chose écrite.

Et rien n’est étranger aux ratios quand les espaces sont commerciaux.

L’adjoint à la culture rallié est devenu le chantre de l’éviction.  Or la culture étant ce qui reste quand on a tout oublié, il semblerait que l’on n’en soit qu’au début de l’amnésie.

L’adjoint aux sports est-il convaincu par avance?

Il faudrait le lui demander...car peut-être qu’il ne sait rien de cette décision ubuesque qui germe dans l’obscurité. Début d’obscurcie.

La conseillère de quartier en est toujours aux guerres Picrocholines entre la commune et son fief artificiel, elle est habitée par le 16eme. Autre temps, autre Ubu, Grandgousier avait plus de deux siècles d’avance!

Voilà donc l’intrigue bien nouée, vendra, vendra pas.

Indice : il paraît que la première d’Ubu Roi aurait été montée au Théâtre des Phynances.

 Ubu roi en avance sur son temps monté à Mothe

On ne s’étonnera pas qu’il s’agissait d’un théâtre de marionnettes!

Le poète de regards03

 

Un Conseil Municipal c'est public. Tout citoyen doit pouvoir y assister.

A Yzeure, jeudi 4 février 2021, Covid oblige, le Conseil n'était pas public ! Soit.

Avant 2014, nous étions parmi les premières communes à diffuser le Conseil municipal en direct. Pourtant les moyens techniques à cette époque, n'étaient pas parfaits.
L'équipe municipale élue en 2014, puis celle de 2020 ont adopté la diffusion en différé ! sic ! du Conseil ! Aujourd'hui, les moyens techniques permettent une diffusion sans aucun problème en direct sur le site de la ville. Pourquoi une transmission en différé ? Que l'on ne nous dise pas que c'est un problème technique ou financier. Il faut de toute façon quelqu'un pour filmer.

Surtout en cas d'absence de public il faut retransmettre le Conseil en direct.

En différant, la tentation de faire intervenir la perfide Anastasie peut être forte, surtout en l'absence de possibilité de vérification.

Un match en différé n'a pas la même saveur qu'un match en direct.

Revenons au Conseil. Différents participants m'avaient donné quelques informations sur le déroulement mais je ne voulais pas trop y croire. Après avoir écouté le différé, il faut bien dire que les fruits ont passé la promesse des fleurs !

Plusieurs moments du Conseil appellent quelques remarques assez désolantes. A aucun moment le Maire ou un adjoint ne peut refuser de donner des éléments à un conseiller sous prétexte que la question a été évoquée en commission et que le conseiller aurait du être informé par un collègue de son groupe. Où ont-ils vu ça ? Le conseil n'est pas obligé de suivre l'avis de la commission donc il doit débattre. Toutes les questions, même celles vues en commission doivent être débattues. Il est vrai que les élus yzeuriens semblent préférer les discussions en cercle restreint.

Et là je réponds en mon nom, une recommandation : n'utilisez pas cette méthode trop souvent car très vite tout le monde comprendra que si la personne interrogée ne répond pas c'est parce quelle ne sait pas ! Ca fait un peu désordre ! Dans un Conseil où il y a beaucoup d'enseignants, il le savent, il vaut mieux apprendre ses leçons pour pouvoir répondre. Les silences sur les questions budgétaires sont particulièrement assourdissants et surprenants. Y a-t-il dans ce conseil quelqu'un qui maîtrise les questions financières ? C'est à croire que non ! 

J'ai également remarqué que le rôle joué par certains adjoints, trépignant comme ils le font sur tous les sièges qu'ils fréquentent, se croient sous un préau d'école comme au temps où on y organisait des réunions électorales.

Ainsi JM Bourgeot s'est cru autorisé à décompter les conseillers votant contre le budget dans les termes suivants : "contre : 3 yzeuriens + un autre" ! Quelle stupidité !

D'abord ce n'est pas à lui de faire ce travail, c'est de la compétence du Maire. Il doit se taire. Il voulait par ce décompte sans doute faire remarquer qu'un conseiller n'était pas yzeurien ! Quelle finesse ! Si l'on voulait être un peu procédurier on pourrait faire annuler ce vote. Mais pourquoi n'a-t-il pas ajouté que 28 conseillers yzeuriens avaient voté le budget + une autre personne qui n'habite pas Yzeure ! Comment peut-il se permettre de demander de respecter le maire alors que lui a un comportement inadmissible. En effet, il doit penser que respecter le Maire c'est de ne pas poser de question. C'est vrai que c'est la politique qu'ils pratiquent à la Communauté d'agglomération. Ils ne disent rien. Ils ne réclament rien. Il n'obtiennent rien et ils sont contents de la nouvelle gouvernance : "Lou ravi". Leur silence n'a d'égal que l'obscurité d'Yzeure entre 23 h et 5 h.

Et le summum est le point des questions diverses. Je me souviens comment on traitait ces questions diverses avant 2014. Chaque conseiller pouvait poser les questions avant, au début et même pendant le conseil ce que je ne manquais pas de rappeler à chaque séance. Aucune limite. Un Maire et un élu qui sont là depuis 26 ans mais oui 26 ans doivent pouvoir répondre. Ce ne sont pas de nouveaux élus contrairement à ce qu'ils veulent faire croire. Ils ne peuvent intervenir sans avoir fait préparer la réponse par les services. Ce ne sont pas des élus débutants tout de même ! Ils devraient pouvoir intervenir sans notes. C'est vrai qu'ils ont oublié pas mal de choses de ce qu'ils avaient approuvé précédemment. Nous leur en dresserons la liste bientôt pour leur rafraichir la mémoire et éviter la tentation d'Alzheimer volontaire.

Comment peut-on faire en plus un tel film avec un méchant loup qui manierait les peurs à Yzeure, même pire, il aurait selon une adjointe un masque de Trump : c'est sans doute votre serviteur dont elle parle ! La recherche de l'obscurité les obsède. 

Ce n'est pas l'obscurité seulement qu'il faut craindre mais l'obscurantisme, le goût du secret et du silence maçonnique.

Quel pitoyable Conseil !

Dans tous les cas heureusement, les Yzeuriens à cause du confinement, sont pour la plupart chez eux. S'ils avaient eu à se déplacer hier soir avec la neige dans l'obscurité, ils auraient regretté l'absence de lumière.

Eh oui Yzeure est une commune périphérique sans lumière, les nuits de neige cachant l'herbe sur les trottoirs. Les habitants réduits au silence dans leurs lieux de démocratie, n'ont pas le droit de s'ouvrir sur l'extérieur sans se faire rappeler à l'ordre par des élus voyant les manipulations d'un loup à la tête de Trump. Seul le discours interminablement brejnévien d'une conseillère municipale communiste ralliée devait leur donner un peu d'espoir dans leurs projets mais ce fut plutôt désespérant.

Une seule lueur dans la nuit noire du haut des collines Yzeuriennes leur permettra de retrouver, quand ils pourront ressortir, la direction des trois ponts et du patrimoine illuminé dans la ville voisine pour lesquels ils financent l'éclairage. 

Nos avons cependant une satisfaction : il est bien difficile d'empêcher que la clarté se dégage peu à peu. La droite a voté le budget confirmant ce que nous disions : la gestion yzeurienne n'est plus de gauche, elle est bénie par la droite. La Montagne a enfin reconnu l'existence d'une opposition de gauche au Conseil.

Il y a donc beaucoup de dérives au conseil municipal d'Yzeure.

Dès que le conseil redeviendra public, nous y assisterons pour veiller à tout cela, mais dans l'attente, nous exigeons sa diffusion en direct. Il faudra bien que l'on retrouve un peu de démocratie ! Ça ne peut pas faire de mal !

Guy Chambefort

Pour sourire on a retrouvé Trump à Yzeure

 

Ministre socialiste

 

 

Pierre-André Périssol – couteau suisse du groupe Arcade-VYV

A la recherche du couteau suisse le syndrome de la polyvalence excessive

 

Quatre fonctions de Pierre André Périssol dans le groupe Arcade-VYV sont à signaler. Après avoir toujours nié la moindre responsabilité dans cet acteur national du logement social il a fini par lever partiellement le voile lors du conseil communautaire du 10 décembre 2020 en détaillant ses fonctions au sein d’ALFI et de Croix Rouge Habitat. En dernier lieu, il a aussi évoqué son rôle dans la SCCI Arcade sans expliquer toutefois le rôle exact de cette dernière. Il a omis dans son explication son propre rôle d’actionnaire du groupe Arcade-VYV. En détail :

 

1)        Il y a d’abord le fait que Pierre-André Périssol est membre d’honneur de l’association ALFI pour le logement des familles et des personnes isolées. Elle fait partie du groupe Arcade comme l’indique le rapport annuel 2019  (p.17) de l’association. Elle figure dans les différents rapports du groupe Arcade. Cette association a signalé en 2019 un chiffre d’affaires de 12,4 millions d’euros et un résultat net de 141.000 euros.

 

2)       On pourrait aussi évoquer la fonction de vice-président et membre du conseil d’administration de Croix Rouge Habitat, une Société anonyme d’habitations créée en 2017 par le Groupe Arcade et la Croix Rouge française au capital social de 2.600.000 euros.   

 

3)        Il y a ensuite le fait que Pierre-André Périssol est administrateur de la SCCI Arcade. Il l’avait déjà indiqué lui-même dans sa déclaration d’intérêts à la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique du 23 novembre 2018 (tout en « oubliant » le mot « Arcade » après « SCCI - Société centrale de crédit immobilier »).  Dans les rapports financiers du groupe Arcade de 2015(p.2)  et 2018 (p.17)  la SCCI Arcade figure à la fois comme pôle privé et comme actionnaire à hauteur de 20% du pôle social du groupe Arcade qui s’appelle « Coopérer pour Habiter ». Dans le rapport financier 2019 (p.13-14) du groupe Arcade VYV (né après la fusion entre le Groupe Arcade et le groupe de mutuelles VYV) la SCCI Arcade VYV est présentée comme structure de holding intermédiaire pour le pôle concurrentiel qui englobe notamment Evoléa. Pierre-André Périssol y a été de nouveau coopté comme administrateur le 27 juin 2019 (annonce légale du 26 février 2020).

 

 

4)       Enfin il y a le fait que Pierre-André Périssol détient (au moins jusqu’en novembre 2018) 10 parts dans la SARL Habitat Développement Gestion comme le fait paraître sa déclaration d’intérêts à la Haute Autorité. Il représente aussi Habitat et Développement au conseil d’administration de la SCCI Habitat Développement qui possédait à la fin de l’année 2018 65,72% de Coopérer pour Habiter, la maison mère de France Loire au sein du groupe Arcade. Dans le premier rapport financier (p.24) du nouveau groupe Arcade-VYV (issu d’une fusion entre Arcade et le groupe VYV) Habitat Développement détient fin 2019 42,4% de la société Groupe Arcade VYV. Le chiffre d’affaires de ce groupe en 2019 est de 822 millions d’euros, le résultat global à 104 millions d’euros et la trésorerie à la fin de l’année se situe à 287 millions d’euros. Au 31 décembre 2019 le total d’actifs du groupe Arcade-VYV est chiffré à 8,1 milliards d’euros. Evoléa a contribué en 2019 230.000 euros (voir p.23) au résultat du groupe Arcade VYV.   

 

Ces activités personnelles de Pierre-André Périssol ne sont pas interdites. Elles font preuve de son engagement continue pour le logement à l’échelle nationale. Simplement, il aurait été indispensable qu’il s’explique sur la nature exacte de son rôle au sein du groupe Arcade devenu Arcade-VYV. Compte tenu de ses responsabilités et notamment de son rôle comme administrateur de la SCCI Arcade et comme actionnaire d’Habitat Développement, il est un peu cavalier de dire aux autres élus en avril 2019 de « ne pas avoir de responsabilité au sein d’Arcade » avant de quitter la salle et après avoir signé un arrêté de déport quelques semaines plus tôt. Ou bien a-t-il quitté ses fonctions fin 2018 pour les reprendre en juillet 2019 ?


Conclusion provisoire

 

En juin 2018 les élus de Moulins Communauté (au milieu du document : C.18.78) ont pris la décision de principe de chercher un rapprochement de l’OPH Moulins Habitat avec France Loire et l’Opac de Commentry. A cette date il n’y avait pas d’arrêté de déport. Pierre-André Périssol était en poste pour les différentes fonctions citées plus haute comme le montre sa propre déclaration devant la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique. Le 11 avril 2019 les élus ont acté le projet de pacte d’associés entre Moulins Communauté, la Ville de Commentry et France Loire qui permet notamment à France Loire de transférer librement ses parts à la maison mère Arcade-VYV ou à la SCCI Arcade. Ils ont aussi désigné les administrateurs de Moulins Communauté, les censeurs et les membres du comité de coordination au sein d’Evoléa.

 

Il faut être clair : Le Président de Moulins Communauté Pierre André Périssol n’a plus le droit d’intervenir sur le moindre détail touchant à l’ancien bailleur social de Moulins Communauté Moulins Habitat, devenu Evoléa par fusion avec la société France Loire du groupe Arcade-VYV. Or, Evoléa intervient également comme opérateur du Logiparc03 ou encore comme aménageur d’un nouveau parc de logement sociaux en face de l’hôpital qui doit également comprendre des installations à vocation médicale. Il n’aura plus droit au chapitre lorsqu’on parle du terrain de l’ancien CEME que Evoléa souhaite exploiter à la place d’Emmaüs, de la résidence intergénérationnelle du Bon Pasteur et de la maison de retraite de Sainte Thérèse à Moulins (également dans les mains d’Evoléa). Comme de tant d’autres projets immobiliers à Moulins. Il devrait d’ailleurs aussi signer un arrêté de déport en tant que Maire de Moulins car le conseil municipal est sollicité par exemple pour des garanties de crédits qu’Evoléa envisage sur le territoire de la ville de Moulins comme c’était le cas encore en septembre 2020 pour un projet de 16 nouveaux logements sociaux aux Champins. A chaque fois c’est sa première adjointe Cécile de Breuvand qui doit le remplacer.

 

Bref, cela ressemble à une situation intenable et pour Pierre-André Périssol et pour Moulins Communauté. Pierre-André Périssol devrait démissionner en tant que Président de Moulins Communauté ou se défaire de ses liens actuels avec le groupe Arcade VYV.  L’opacité nourrit le soupçon, le soupçon nuit à la confiance, la confiance est nécessaire pour le bon fonctionnement du conseil communautaire et de Moulins Communauté.

 

A la lumière de ce qui précède on comprend mieux le sens de l’action effrénée d’Evoléa notamment dans la ville de Moulins. L'objectif est de faire gonfler un actif foncier et patrimonial qui à terme pourrait complètement tomber dans l’escarcelle du groupe Arcade VYV. Nous soupçonnons Pierre André Périssol de profiter de ses mandats électoraux pour travailler en toute discrétion au développement du groupe Arcade VYV, dans lequel il assume la fonction d’administrateur de la SCCI Arcade VYV et dont il est actionnaire à travers les parts qu’il détient dans la SARL Habitat Développement Gestion.

 

 

 

 

 

Extrait du PV du Conseil communautaire de Moulins Communauté du 25 octobre 2019

 

 

 

Quels sont les pouvoirs de Monsieur Perrin pour dire à Monsieur Périssol de rester en séance .....Plus fort que la loi !

Pour l'observatoire guy chambefort

C'est bien compliqué Chavroches 5 février 2021!