Actualités

 

 Extrait du rapport d'orientation budgétaire 2021 Yzeure

Sur un extrait du ROB 2021 nous pouvons voir ce qu' est le "gobbledygook" ou charabia technocratique !

Nous allons  commenter le tableau  ci dessus  pour éclaircir pour le lecteur !

Un bon technocrate veut toujours moderniser . Un bon technocrate ne simplifie pas ,il modernise donc  il complique !

J'ai pu voir que l'on avait rétabli dans les services municipaux les cachets (pas les lettres) multipliant les besoins de signature pour que le trieur, non équipé de roulettes, avance à un rythme toujours très lent .Cela était très répandue en Roumanie dans les années 90 lors de notre premier  voyage à Gherla après le départ de Ceausescu .

Il suffit d'écrire:

Faire vivre cette ville

Les  bons technocrates formés au rythme des préfectures ne pense qu'à maîtriser les dépenses (comme ils disent ils aiment gratter .....cela doit remonter à l'époque où ils grattaient du papier avec un grattoir pour ne pas user la gomme ! .....alors qu'il faut au contraire faire preuve d'imagination pour que de nouvelles activités apportent de nouvelles recettes . Si les recettes sont en baisse ,c'est parce que les citoyens ne sont pas satisfaits de ce que on leur propose :

IL suffit d'écrire :

Des services attractifs avec les  recettes  correspondantes 

Optimiser les recettes :" avoir une action proactive pour mobiliser des recettes supplémentaires subventions d'équipement et autres recettes "

Que de lourdeur technocratique !

Mener une réflexion  sur les tarifs des services municipaux .Pour un fonctionnaire qui veut optimiser les recettes c'est augmenter les tarifs

Il suffit d'écrire :

Rechercher le plus de subventions possibles

(c'est ce que font les maires depuis les subventions existent) les pauvres ils ne savaient pas qu'ils étaient proactifs !

Faire une analyse prospective de la politique des ressources humaines par une gestion prévisionnelle des emplois et compétences !

Il suffit d'écrire 

Avoir des agents sur chaque poste , prévoir leur carrière ,et assurer la continuité et le progrès  du service

Mise en place d'une comptabilité  analytique ...pourquoi ne pas l'avoir  fait depuis 7 ans si c'est indispensable dans certains secteurs ! Mais dans d'autres ce serait catastrophique en lourdeur 

Repenser l'équipement en moyens d'intervention et  engins de chantier ! 

Il suffit d'écrire :

Il y a mieux que les binettes pour désherber

Verdir les voitures ça fait écolo .On verdit tout à Yzeure en surface  même les petits bonshommes dans les carrefours . iI fut aussi penser que les voitures des services dans la plupart des cas dans une ville roulent très peu  . Ne reparlons pas d'une réduction d'un point gagnée sur l'absentéisme ;Pourquoi un point  ridicule ? Pourquoi pas deux !Qui dit mieux trois !

Il suffit d'écrire :

Des agents bien dans leur travail se sentant un des éléments considérés du service public s'absenteront moins !

Evaluer la politique d'achats et la rendre plus efficiente !

Que de verbiage !

Il suffit d'écrire

Acheter intelligemment dans l'intérêt de la collectivité

Concluons  même si on ne vous a pas tout dit et tout commenté

Lisez ce qui est en bleu : Pour progresser c'est ce qu'il faut faire, il faut le dire dit en toute simplicité 

On nous dit que l'on veut rendre l'administration plus efficace dans son fonctionnement et sur la plan  organisationnel . C'est donc qu'un bon sextennat n' a pas suffit pour le faire  .Les outils ne sont pas bien utilisés  .Le problème est que l'on sait démonter mais que l'on a du mal à remonter .  Ce n'est pas de la faute de l'outil ,il faut changer le manipulateur .

Lamartine "il est plus facile de détruire que de construire"

Guy Chambefort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Maria Chambefort

Maria Chambefort
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
MâconVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
RoanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jeanne-Marie PerraudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Période d'activité
Marie Chambefort dite Maria, née le 8 janvier 1840 à Mâcon et décédée à Roanne le 1er mai 1893, est une des premières femmes photographes daguerréotypistes françaises.

 

Famille

Elle est le premier enfant du couple Jean-Louis Chambefort et Jeanne Marie Perraud, mariés le 1er juin 1837 à Mâcon. Jean-Louis Chambefort, né à Retournac le 29 mai 1806, est entrepreneur en terrassements au moment de son mariage. Jeanne Marie Perraud née à Mâcon le 15 octobre 1818 est lingère. Le jeune couple vit 3 rue de la Paroisse à Mâcon dans une maison appartenant à Marie Lavenir veuve Perraud, mère de Jeanne Marie Perraud épouse Chambefort. Le 14 novembre 1850, un deuxième enfant naît 3 rue de la Paroisse à Mâcon, un fils, François Chambefort (1850-1925).

Jeanne Marie Perraud, épouse Chambefort, décède à Roanne le 23 janvier 1875.

Le 20 juillet 1874 Maria Chambefort épouse un négociant Jacques Léon Chanteloube à Roanne. Le couple Chanteloube– Chambefort aura trois filles : Delphine, Léontine et Marie Louise. Jacques Léon Chanteloube décède à Roanne le 27 septembre 1885.

Marie Chambefort dite Maria, veuve Chanteloube décède à Roanne le 1er mai 1893.

Les effets du couple sont dispersés par une vente aux enchères qui a lieu à Roanne le 11 juin 1893.

François Chambefort, son frère, meurt lui à Roanne le 5 mai 1925, 10 rue Alsace-Lorraine dans la maison construite par sa sœur et son beau-frère.

Formation et carrière

Maria Chambefort aurait été formée à Lyon par François Perraud, son oncle, daguerréotypiste chez qui elle habite en 1856. Ernest Besson, photographe lyonnais, est également employé par François Perraud à la même époque.

Après sa formation, Maria Chambefort commence sa carrière à Mâcon, sa ville natale.

Il est vraisemblable que Maria Chambefort s’installe à Roanne comme photographe fin 1858. En effet, le 10 mars 1859, un encart publié dans le journal L’Écho roannais indique que « Melle Maria Chambefort, connue depuis trois mois à Roanne pour la grande perfection des portraits et groupes de famille qu’elle y a faits, se fait un devoir de prévenir le public que son départ de Roanne, motivé par des affaires de famille, est fixé fin mars prochain ».

Son établissement est alors installé 32 rue Impériale, maison Petit. Il est transféré au n°9 de la même rue, maison Roux en mars 1859, puis, au n°1, maison Villemin en octobre 1859. En 1861, Maria Chambefort loge au n°9 de la rue Impériale avec sa mère Jeanne Marie Perraud, épouse Chambefort, et son jeune frère François.

En 1865, l’atelier déménage à grand renfort de publicité : « Melle Maria Chambefort, photographe, ayant voulu se mettre autant qu’il a été en son pouvoir, à la hauteur de la confiance que le public lui a accordée depuis qu’elle habite Roanne, a créé un nouvel établissement de photographie digne de sa clientèle choisie. Il est situé Place d’Armes, angle de la rue Sainte Elisabeth, à Roanne. On y trouvera un salon d’attente, un cabinet de toilette, et enfin un outillage complet, neuf et de dernier perfectionnement disposé dans une vaste terrasse vitrée jouissant d’un jour exceptionnel, permettant d’opérer à toute heure à l’abri de l’inclémence du temps, et cela en quelques secondes ».

Dans les publicités qu’elle diffuse, elle se présente comme : « artiste photographe, élève des premiers praticiens de Paris et de Lyon, connue depuis deux ans dans le département de Saône et Loire par l'incontestable perfection et la fidèle ressemblance du grand nombre de portraits et de groupes de familles qu'elle y a fait… Les nouveaux perfectionnements apportés à l'exécution de son travail offrent maintenant tous les avantages que l'on désirait depuis si longtemps, c'est à dire le modelé et le coloris de la miniature et de l'aquarelle unis à la vérité si exacte de la photographie, ce que la peinture ne pouvait obtenir que très rarement, et encore à des prix élevés... ».

Egalement dans ses publicités, on apprend qu'elle propose de réaliser des portraits, mais également de photographier des oeuvres d'art, des rues d'habitation ou encore de produire de nouvelles épreuves de daguerréotypes pour les agrandir, les retoucher ou les réduire afin d'en faire des médaillons. Elle se déplace à domicile, notamment en cas de portraits après décès.

Nous vous avons alerté depuis plusieurs mois sur le dossier de l'eau ,nous vous joignons le texte publié par Stéphan Lunte sur la situation de l'eau à Moulins en ce début d'année 2021.

 

 Ce transfert de l'eau n'est pas transparent!

 

Le transfert de  la compétence eau" des communes à la Communauté d'agglo  a été fait dans des conditions étonnamment troubles. Alors que les élus parlent ,sans cesse, de problèmes d'environnement c'était pourtant l' occasion de poser les vrais questions sur l 'avenir de l'eau dans l'Agglo .

En effet , à Moulins l'avenir, des solutions de pompage , de la distribution ,de l'état des Châteaux d'eau ,des canalisations ,de la gestion des compteurs ..aurait mérité plus d'intérêt 

A Yzeure ,les élus n'ont même pas discuté de la distribution dont ils étaient responsables ,ils ont abandonné leur responsabilité de cette  distribution ...Les mêmes questions  qu' à Moulins se posent .Ils se sont lavé les mains y compris des conditions du transfert du personnel .Le problème des compteurs qui appartiennent aux propriétaires se posent .A Moulins  ,les compteurs appartenaient à la ville, ils sont donc maintenant propriétés de  la Communauté .

A Yzeure ,la communauté pose en catimini de nouveaux compteurs  shuntant les anciens qui restent dans le sol et qui seront source de fuites à la charge des propriétaires. A -t-on parlé  des excédents des budgets de l'eau des villes et  de leur utilisation ?  Ils auraient du permettre un grand programme de renouvellement de canalisations!                         !

Il est vrai que l'eau potable pourtant un sujet important pour l'avenir n'intéresse pas forcément nos élus .  Il aurait fallu  aussi se soucier des autres communes alimentées par les syndicats  d'eau et qui vont rejoindre la communauté dans deux ans .

Effectivement Stephan Lunte a raison .Pour aller dans son sens , c 'est plus compliqué de glamouriser ( bien que glamour ne s'applique qu'aux femmes !!!! ) et moins "photo facile " de réaliser un cliché dans une tranchée d'eau potable pour poser un premier tuyau .Seule la tête risque de dépasser .Quant à Yzeure ,les élus trop occupés à déambuler et à essayer de  faire tourner les cyclistes dans les carrefours autour de petits bonshommes verts peints sur le sol ,  n'ont pas le temps de s'occuper de l'eau ... et on laisse ce problème aller à vau-l'eau .

guy chambefort

Comment la Municipalité d' Yzeure réussit à créer un mini vélodrome en plein milieu d'un Carrefour avec quelques pots de peinture ou comment mettre en danger des cyclistes en les incitant à tour en faisant demi tour en plein milieu d'un carrefour en l'occurrence celui de la Baigneuse !

Mon corps...de Maurice Lethurgez

chez Chemins de plume

Collection(s) : Poésie

Paru le 17/09/2015  



Le poète invite le lecteur à la table du poème afin « ... qu'il s'approche et délaisse le sceau de ses mots aux instances de l'usage et libre de l'utile s'ouvre à ce panel de syllabes où l'indicible et l'impensé sont au confluent du possible... » tandis que lui se demande s'il aurait peur « de suivre somnambule l'autorité de la langue jusqu'à l'aigu de sa lucidité où le timbre et le son libèrent une pensée ?... » car il sait que celui « ... qui s'invite à la table du poème juste pour passer le temps n 'entendra pas le vent vivant de la vie (cet enfant nu d'une pensée) qui ne pourra sortir du ventre de sa nuit... »