Actualités

Vendredi soir, le groupe "Mes souliers sont rouges" a enchanté le public lors d'une soirée qui restera l'un des bons moments des saisons culturelles d'Yzeurespace. Musiques Normandes, du Québec, des Etats-Unis : Polkas, Chansons de marins, Chansons à répondre. La salle pleine a été enthousiasmée par ces musiciens remarquables. Sur le bout du banc, la Grand Côte, Les souliers rouges. Dans quelques semaines, leur prochain disque sera lancé avec la possibilité de participer à une souscription.

Les premiers contacts avec M. Guinard (Photosol) qui débutait ses activités dans le domaine du photovoltaïque ont été pris dès 2010 pour aboutir à un projet de deux bâtiments photovoltaïques chemin des Brosses en 2011. Le permis de construire délivré en 2012 pour deux espaces de stockage couverts de panneaux solaires (de 1000 m2 chacun) puis d'un bail à construction ont permis l'édification de ces deux bâtiments des stockage fin 2013 début 2014.

Le Conseil municipal en mai 2015 confirme simultanément la promesse de bail emphytéotique à Photosol en vue de la construction de la centrale photovoltaïque. Mais il restait à obtenir l'accord de la Ministre de l'écologie et du Développement durable et de l'Energie Ségolène Royal. J’ai effectué comme député, de nombreuses démarches pour que trois projets (Yzeure Bessay Chézy : voir courrier) soient inclus dans l'appel d’offres lancé en novembre 2014 par la ministre afin d'appliquer rapidement la loi de transition énergétique. Il faut rappeler que la précédente ministre n'avait pas retenu notre territoire pour ce type d'implantation. Malgré un avis défavorable assez inexplicable du Commissaire enquêteur, le Préfet accordait après de nouvelles démarches nationales et locales le permis de construire. La centrale a été construite entre août 2017 et février 2018 où elle a été raccordée au réseau. Elle a été inaugurée le 24 septembre en présence du Maire d'Yzeure (pièces jointes : le courrier de Ségolène Royal au Député)

 

 

Tout va pour le mieux ! … Enfin c’est ce qu’il faut comprendre des propos de M. Périssol dans la presse locale. Chaque fois que le Maire de Moulins s’exprime, les habitants peuvent avoir le sentiment que, décidemment, à Moulins, les problèmes n’existent pas ou sont toujours résolus par les solutions les plus judicieuses et les plus économes dans l’intérêt bien compris de tous.

Cependant, de temps à autre, le citoyen attentif est alerté, au détour d’un communiqué ou d’un évènement, par des informations qui donnent à penser que tout n‘est pas aussi idyllique que le Maire veut le laisser entendre ; des échos, en provenance d’élus, d’associations, d’organisations professionnelles ou de citoyens soulèvent des questions sur un quotidien moulinois qui ne serait pas aussi lisse et régulier que les sonneries immuables du Jacquemart ! Et pourtant, malgré la gravité de certaines alertes, la gestion de M. Périssol poursuit son cours, comme la rivière Allier continue de couler sous les piles du pont Régemortes, louvoyant entre les bancs de sable, se cachant sous le couvert végétal des rives ou empruntant des méandres inattendus. 

C’est pourquoi « Regards 03 » se propose d’ouvrir le débat sur les sujets qui préoccupent ceux qui vivent et travaillent dans l’agglomération moulinoise. En effet, à peine commence-t-on une conversation avec des moulinois que sont presque immédiatement abordées les questions relatives au quotidien des habitants et à l’avenir de la ville :  

Le commerce à Moulins et les choix d’aménagement commercial,

La circulation dans Moulins, les transports collectifs, le stationnement et le deuxième pont,

La politique immobilière dans la ville,

La détermination à accompagner des évolutions environnementales harmonieuses et maîtrisées,

Les options budgétaires,

Le développement du tourisme et de l’image culturelle et historique de la ville centre,

Les choix des soutiens ou des actions vers les associations et les clubs sportifs,

L’action économique de l’agglomération, les opérations engagées et les risques éventuels,

La légitimité des transferts de charges et de la mutualisation dans l’agglomération,

La volonté de défendre et promouvoir le territoire dans la grande région Auvergne – Rhône -Alpes,

Cette liste, non exhaustive, suffit à soulever la curiosité ou l’intérêt, voire l’inquiétude chez le lecteur. D’une manière régulière, ou suivant l’actualité, « Regards 03 » abordera ces questions en essayant d’apporter

- un éclairage différent par rapport aux discours officiels,

- une vision citoyenne originale et renouvelée de l’avenir de la ville et de l’agglomération à l’heure d’Internet et de l’urgence environnementale,

- une approche humaine par la prise en compte du vécu des habitants.

Roland FLEURY

 

Si cet ouvrage peut d’abord s’adresser aux habitants qui ont vécu à Pierrefitte-sur-Loire près de Dompierre-sur-Besbre (« La Motte sur Loire » dans le livre), il constitue en réalité un témoignage historique étonnant de la vie d’un village dans l’immédiat après-guerre. Cette période en effet, est aujourd’hui déjà entrée dans l’histoire, avec l’accélération de l’évolution du monde depuis soixante-dix ans.

 

Il s’agit avant tout de la narration des années d’école primaire entre 1947 et 1956 d’un enfant dit « de l’assistance », placé dans une famille d’accueil comme c’était le cas en Bourbonnais pour de nombreux jeunes dépendants des services sociaux. Une famille de paysans pauvres, exploitant une petite « locaterie », mais respectueuse des enfants et « aimante ». Henri Kaminska ne s’attarde pas sur cette question, même si son quotidien est souvent conditionné par son statut. L’auteur raconte sa vie d’écolier et de petit paysan, dépeignant un cadre encore marqué par le métayage, dans un monde agricole qui passe alors de la pioche aux machines motorisées, qui découvre la voiture et profite de l’arrivée de l’eau courante sur l’évier. Des rencontres (le Sénateur Auberger) ou des voyages vont éclairer parfois ce quotidien.

 

Témoignage sociologique, mais historique aussi, car dès son enfance, au contact de cette communauté rurale en pleine révolution, l’auteur perçoit la réalité du monde qui sort d’une guerre pour s’engager dans d’autres conflits, notamment en Algérie. L’enfant qu’il est prend conscience de la dureté d’une société où les rapports entre les différentes catégories sociales n’ont pas beaucoup évolué depuis Emile Guillaumin, avec ce sentiment, notamment dans la paysannerie, d’être dominé et exploité, et qui fut le ferment de la tradition politique profondément ancrée à gauche de l’Allier.

 

Dans cette chronique presqu’au jour le jour d’une « France profonde », pleine d’humour et de bienveillance, les habitants du village se côtoient dans les cafés, lors des fêtes ou dans les peines, dans les travaux partagés, s’entraident ou se chamaillent dans des disputes de voisinage sans fin et des brouilles définitives. Avec une acuité et une richesse des souvenirs étonnantes, ce livre décrit les tracas ou les menus plaisirs du quotidien, comme un compte-rendu des préoccupations « existentielles » de ce peuple ancré dans ses habitudes, mais qui s’adapte et évolue sans en avoir conscience.

 

Un vrai témoignage de cette époque où ceux qui l’ont vécue retrouveront l’atmosphère de leur propre village, mais qui pourra servir aussi aux plus jeunes qui peinent souvent à imaginer combien le monde a été bouleversé en si peu de temps.

 

Témoignage enfin de l’histoire d’un enfant pour lequel la rencontre avec « le nouveau maître » va changer la vie et qui, muni du Certificat d’Etudes Primaires et d’un C.A.P. d’ajusteur, va terminer sa carrière professionnelle comme Principal d’un collège en région parisienne, et qui connaîtra, mais ce n’est pas le sujet du livre, une vie d’homme engagé auprès de ses concitoyens, avec les péripéties d’une carrière politique active et passionnée. 

Roland Fleury

 

Henri Kaminska : « Mes années aux Louées » - Les Editions du Loir- 2018

 

Livre disponible à la librairie « Le Moulins aux Lettres » à Moulins et à la « Maison de la Presse » à Dompierre s/B

 

Henri Kaminska dédicacera son livre le 17 novembre 2018 à la librairie « Le Moulins aux Lettres »