Actualités

Enfin certains conseillers communautaires vont lever le petit doigt à la réunion de jeudi soir !

Notre article a attiré l'attention notamment du vice président J. Lahaye. En effet il est scandaleux de constater que dans cet article il n'est jamais fait allusion au fait que cet équipement a été financé par l'ensemble des contribuables de la Communauté d'agglomération.Tout le monde va penser qu'il s'agit d'un équipement moulino-moulinois financé par la bonne ville de Moulins et ses contribuables.

J. Lahaye va sans doute  protester. Il faut rappeler que J. Lahaye, pourtant battu aux élections municipales à Moulins, a été désigné comme vice président par le groupe socialiste en échange de la vice-présidence de M. Samzun battu à Yzeure. Tout ça était bien curieux.

J. Lahaye a quitté peu après le Parti Socialiste ne payant plus sa cotisation, et ne reversant plus la part de son indemnité à la Fédération de l'Allier du Parti Socialiste qui a besoin de cela pour fonctionner.

J. Lahaye était tout à fait libre de quitter le Parti Socialiste pour marcher sans doute vers un autre parti. Il devait cependant respecter ses engagements ou laisser son poste de Vice-Président n'étant plus en accord avec ses engagements initiaux ce qu'il n'a pas fait.

Cette attitude ne l'autorise plus à s'exprimer comme membre du Parti Socialiste ou de donner dans certaines enceintes, dans certains médias, des leçons et des brevets de socialisme ou de respect des engagements. Mais bon il lèvera peut-être le petit doigt au conseil Communautaire pour élever une protestation !

Guy Chambefort

Sur Facebook on peut lire qu'une équipe d'élus Yzeuriens a participé aux championnats de France des élus à Agonges??

L'un des membres de cette équipe la présente, sans rire, comme une "dream- team". Ils sont quatre. La rédaction a rassemblé ses connaissances d'anglais. Elle a trouvé deux traductions de "dream team".

            la première "équipe de rêve". Nous en rêvons éveillé.

            la seconde "fine équipe"

         

A vous de choisir !

Toujours lui !

Nous avions bien raison de craindre le risque de colonnes vides pour La Montagne dans la rubrique indiscrétions ! En effet G. Boutié étant parti à Talence un des sujets principaux s'éloignait ! Eh bien non, regards03 la semaine dernière était en avance sur son temps. Il avait pronostiqué une rubrique Chroniques de Talence. C'est le cas ! "Il fait passer des messages" avoue le rédacteur. Mieux encore: "Il n'a pas caché l'envie de se projeter pour les 25 ans à venir à Moulins"….. Sauf que ses amis de sa famille politique ont préféré qu'il se projette ailleurs….. Si le poste de directeur de Cabinet est selon lui "très exposé", beaucoup ont souhaité qu'il s'expose ailleurs ne voulant pas prendre le risque d'une exposition électorale. Il a toujours combattu la gauche dans son rôle politique. Il a trouvé au moment de son départ des pseudos de gauche pour larmoyer. Grand bien lui fasse. Mais les vrais gens de Gauche ne cautionnent pas ces attitudes.

La Montagne, toujours à l'écoute de G. Boutié, entend "battre son cœur" au sujet du Moulins Yzeure Foot". Diable. Elle lui décerne même le titre de speaker officiel (on ne savait pas qu'il y en avait un !). Il n' a pas laissé de souvenirs impérissables dans le commentaire des matches. Un peu de mémoire aurait pu permettre au rédacteur de se rappeler du rôle qu'il avait joué dans le dépôt de bilan de L'AS MOULINS. Il faudrait se souvenir de la dégradation des bus du club, qui a empêché le déplacement à Sarre-Union entraînant l'obligation de déclarer forfait. Sinon l 'AS MOULINS aurait pu être sauvée. Il faudra bien en reparler à l'approche des élections municipales. Aurons nous donc droit à 25 ans de chroniques de Talence ?

En conclusion G. Boutié va manquer à la rédaction de La Montagne comme l'indiquait, un facebooker, sans doute un peu excessif.

Quelques idées pour la Chronique de Talence : faut-il rouvrir la gare de Talence, G. Boutié va-t-il rentrer au Conseil d'administration du club de football de l'US Talence pour former avec Bordeaux… pourquoi pas le BUST ? En deviendra t-il le speaker officiel ? Vous le saurez bientôt en lisant les indiscrétions du dimanche dans La Montagne (publicité gratuite).

Le PS au cas par cas :

Toujours les indiscrétions du dimanche, le quotidien diffuse le contenu d'une réunion privée.                                                                                           Y-a t-il des membres de ce Conseil informateurs du quotidien ! Aucun compte rendu n'est paru. Qui a intérêt à donner une telle information sinon quelqu'un intéressé par cette investiture.

Les choses sont pourtant simples au PS.

On ne naît pas avec l'investiture socialiste ou socialiste.

Quand on veut se présenter à une élection avec une étiquette politique, on s'engage suivant les règles qui sont connues.

Pour être investi, il faut avoir un programme socialiste ou avoir appliqué une politique socialiste si on est en place.
Pour être investi, il faut être à jour de ses cotisations d'adhérents et du reversement d'une partie de ses indemnités d'élus au Parti comme dans tout Parti politique.

Il faut lui donner le moyen de vivre et en permettre le fonctionnement. Sinon on ne réclame pas l'investiture du Parti.

Ainsi au Parti Socialiste pour figurer sur une liste on s'engage a reverser 12 % de l'ensemble des indemnités perçues.

Si on tient pas ses engagements, il n'est pas possible d'obtenir l'investiture à l'élection suivante et c'est normal.

Guy Chambefort

 

 

Paul Bouchet vient de disparaître. Jean Baptiste Jacquin nous retrace sa vie dans Le Monde du 30 mars 2019. Sans doute inconnu pour certains, son action tout au long de sa vie fut remarquable.

Responsable régional Rhône-Alpes d'une association organisant des Chantiers internationaux de travail, j'avais eu à connaitre les débuts de l'opération de Goutelas. Un château en ruine que Paul Bouchet avait la volonté de transformer en Centre culturel. Des années d'utopie fantastique. Ensuite au fil des ans j'ai suivi la vie de Paul Bouchet. Proche de Michel Rocard il participa, entre autres, à la préparation de la loi créant la Couverture Maladie Universelle(CMU).

Si vous lisez "D'une Rive à l'Autre" magazine de la ville de Moulins, vous verrez que cette dernière s'approprie, sans aucun scrupule, une future réalisation intercommunale !

Aucune référence à la Communauté d'agglomération !

"Projet prévu dans les projets communaux à Moulins en 2014". Contribuables de la Communauté vous ne savez pas que vous financez :

"Ce Skate-Park Moulinois"

"On nous parle des collectivités locales moulinoises" ...sic… c'est quoi ?

Jusqu'à quand les élus communautaires accepteront un tel comportement de la ville centre sans rien dire en Conseil communautaire ?

Il est vrai que les élections municipales approchent, il faut faire feu de tout bois.

Question stupide : pourquoi le skate park à Moulins est financé par la Communauté d'agglomération et récupéré par Moulins et que les travaux liés à l'accro branche à Yzeure ne le sont pas dans les mêmes conditions ? Qui sont les dindons de la farce ? Rappelons que cette expression vient d'un spectacle forain -Le ballet des dindons XVIIIème siècle. 

Guy Chambefort

Nos lecteurs insistent sur l'appellation : "collectivités territoriales moulinoises". Ils sont complètement perturbés d'avoir laissé passer une nouvelle étape de la décentralisation (sourires)…..Va-t-on laisser faire ? Si c'était une erreur du rédacteur on pourrait absoudre mais ce n'est pas le cas. Même l'approche des élections municipales vécue sans doute dans une inquiétude permanente ne justifie pas cet égocentrisme.

Egocentrisme

Tout est dit

Il faut espérer que les conseillers communautaires vont élever jeudi un petit doigt de protestation !

 

 

                                              Bravo aux rédacteurs de "La Montagne "qui ont réussi à répondre aux nombreuses demandes du Rédacteur en chef sur le départ de G. Boutié.

Nous avons même eu droit à "un dernier pour le voyage" mardi 2 avril alors que si nous nous en tenions aux articles précédents G. Boutié avait pris ses nouvelles fonctions depuis le 1er avril.

Le titre est parfait pour G. Boutié,  connaissant ses idées politiques il ne pouvait s'agir que d'une "dernière ligne droite" . En aurait-il pu en être autrement ?

Comme toujours un départ est un déchirement pour certains mais un soulagement pour d'autres. "Les coups bas ne viennent pas de ses adversaires politiques" a-t-il dit . Un cou haut était même éploré selon Twitter.

 

Guy Chambefort