Actualités

Victor HUGO
1802 - 1885

Premier mai

Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en cœur ;
L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
Font des taches partout de toutes les couleurs ;
Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
Comme si ses soupirs et ses tendres missives
Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
Et tous les billets doux de son amour bavard,
Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
Tout semble confier à l'ombre un doux secret ;
Tout aime, et tout l'avoue à voix basse ; on dirait
Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,
La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,
Répètent un quatrain fait par les quatre vents.

 Les propositions formulées par le Parti socialiste pour rassembler la gauche à l'occasion des législatives sont celles-la . Par deux fois nos électeurs ont mis un bulletin Mélenchon (écrit la fédération) dans les urnes pour certains par utilité pour d'autres par adhésion. Mélenchon a eu 5 ans pour créer les conditions de ce rassemblement.

Au printemps dernier, il a refusé de discuter avec la gauche sociale et écologiste. Il a de nouveau refusé cet hiver la proposition d'Anne Hidalgo de participer à la primaire populaire. Pour autant, les électeurs réclamant l'union, ont fait le choix de voter Mélenchon. Il a donc la responsabilité de réussir un rassemblement à l'occasion des législatives sans faire disparaître les forces de gauche.

Etrange réflexion ?

Le Parti socialiste ne franchira pas des lignes rouges, fidèle à son histoire et à ses convictions : - L'Europe, - L'Ukraine, - Et la laïcité. Nous arriverons à nous relever  si nous parvenons à nous unir, sans nous soumettre. Dans notre département, nous rencontrons les partenaires de gauche qui le souhaitent. La plupart souhaite l'union derrière eux.

Dans la circonscription n°1, Jean Mallot et Yannick Monnet (PC) sont en campagne. Les partenaires ont acté qu'il n'y a pas de négociation possible. EELV veut présenter un candidat.

Dans la circonscription n°2, Chloé Darochas est en attente, puisque c'est la seule circonscription sur laquelle nous pouvons proposer un rassemblement. Forces présentes : LFI, PCF, PRG (pas d'EELV).

Le risque de RN au 2ème tour, dans cette circonscription est plus élevé.

Dans la circonscription n°3, nous n'avons pas de candidat-e. Forces présentes : LFI, PRG, EELV et PC. En fonction des avancées nationales et donc locales, un conseil fédéral se réunira au plus vite par visioconférence.

Nous devons construire une nouvelle espérance.(sans candidat ?)

Voilà la lettre qu' a  publié la première secrétaire sans doute (ou plutot sûrement )suite aux injonctions de la direction nationale du PS:

Le bal des girouettes :

Cette stratégie n' a que pour but  de permettre la réélection de députés sortants socialistes.

Non madame contrairement à ce que vous dites  ,(sinon c'est  désespérer de Solférino  que la direction actuelle a vendu) ,"nos électeurs n'ont pas mis pour certains des bulletins Mélenchon dans l'urne " 

On reprend la politique menée sur le plan départemental par la gauche aux dernières élections qui a conduit au désastre que l' on sait, après avoir purgé certaines  sections d'adhérents notamment celle d' Yzeure avec la même attitude  qu'au plan national :"Si vous n'êtes pas d'accord eh bien partez"

"Et tout le monde est parti ! il ne reste qu'une minorité montrant, leur peu de conviction et leur incompétence .

Les  décideurs socialistes aux affaires veulent garder leurs sièges de député ,dans l' Allier ils voulaient garder leurs sièges de conseiller départemental bradant  pour cela  un poste à la région .On a vu le résultat catastrophique .

Et le même jour la fédération se charge de présenter le bilan annuel de la municipalité socialiste d' Yzeure  qui a supprimé depuis son arrivée en 2014 ,le quart des postes d' agents communaux (100 sur 404 ) et glorifie la politique du Président Républicain à la Com D' Agglo ,faisant indirectement sa campagne ;

Les girouettes s'affolent donc .

Indiscrétions :

On se laisse dire qu'un socialiste du courant " je suis socialiste quand ça m'arrange" voudrait se présenter comme indépendant sur la deuxième  circonscription!!!!

Mais ne dites rien : il se dit indispensable !!!! "L' homme est un fat il lui suffit d'être supporté pour être indispensable  "(Regnier )

Pour sourire   en conclusion ci dessous les fauteuils qui avaient disparu lors de la fermeture ,il y a quelques semaines, lors de l' abandon du local du parti socialiste à Moulins ,avec la bénédiction de la Fédération de l' Allier du PS.

 Fâcheux presage avec ce qui se passe ! notre détective l' a retrouvé !

Mais nulle trace du canapé  assorti ! Mais où a bien pu passer le canapé ?

Mobilier historique :dernier fauteuil (don de l'époque de splendeur du Ps ) utilisé par les socialistes avant leur absorption par les "insoumis ";

A la recherche des fauteuils disparus mais retrouvés mais où est  passé le canapé ...(à suivre )

On aurait retrouvé le canapé dans une association à vocation sociale ! En bien tant mieux !

guy chambefort

 

 

Orange avec Media Services, publié le vendredi 29 avril 2022 à 12h30

La direction du Parti socialiste a présenté vendredi 29 avril, ses "réponses" aux "douze marqueurs" mis en discussion par le parti de Jean-Luc Mélenchon, en vue d'un accord aux législatives. Un texte de quatre pages qui fait bondir de nombreux socialistes, certains y voyant une "reddition en rase campagne".

La fronde s'organise en interne.

Augmentation du Smic à 1.400 euros nets par mois, retraite à 60 ans, planification écologique, VIe République mais aussi non respect de "certaines règles" européennes:
la direction du Parti socialiste souscrit aux propositions du programme de La France insoumise en vue d'un accord aux législatives, dans un document rendu public vendredi 29 avril. 

Le communiqué précise que "le texte n’est en aucun cas un accord. Il valorise des convergences, sans cacher nos différences, notamment sur la question européenne. Il est une contribution aux discussions en vue de rassembler la gauche et les écologistes autour d’un socle de propositions. La discussion ne fait que réellement commencer."

Mais cela tangue au PS, la fronde s'organise en interne. Les sénateurs socialistes notamment sont en première ligne pour critiquer le choix de la direction. Le sénateur PS Rachid Temal y voyant une "reddition en rase campagne".


La sénatrice de l'Oise Laurence Rossignol s'interroge sur les conditions des discussions, s'agissant du sigle choisi sur les professions de foi. "La différence entre le ralliement et la coalition c'est à la fois la présence de tous les partenaires", poursuit-elle. "Il y a une gauche non mélenchoniste, elle existera aujourd'hui et elle existera demain ", conclut-elle. 


La présidente socialiste du conseil régional d'Occitanie, Carole Delga, qui n’a jamais caché son hostilité vis-à-vis de LFI exprime ainsi son désaccord et son mécontentement en citant cite Pierre Mendès France.

« La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fut ce pour des motifs d’opportunité transitoire. C’est ce que j’appelle la vérité ». Pierre Mendès France


L'
ancien président François Hollande met en garde contre une "disparition" du PS, tandis que Marie-Arlette Carlotti, son ancienne ministre, estime ainsi que "le PS n’appartient à personne et personne ne peut nous intimer l’ordre de partir. Nous restons et allons le reconstruire contre la volonté de quelques cadres de la direction."

La délégation du Parti socialiste a  finalement "suspendu" vendredi à la mi-journée les négociations en cours avec LFI en vue d'un accord aux législatives, demandant la "garantie" que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon "rompe avec toute logique hégémonique".


Accord inacceptable avec Mélenchon,fiasco d'Hidalgo, François Hollande sort la sulfateuse .

 

Une fois lancé, difficile de l’arrêter. François Hollande s’est montré très critique au lendemain des premières tractations historiques entre le Parti socialiste et la France Insoumise pour former une union lors des élections législatives. Le socialiste n’a d’abord pas manqué d’afficher ses inquiétudes quant à une éventuelle arrivée massive de députés de l’Union Populaire à l’Assemblée nationale. « Ça voudrait dire que le prochain gouvernement serait amené à mettre en cause les traités européens ? À quitter l’Otan ? À ne plus aider les Ukrainiens ? », a attaqué François Hollande, invité ce jeudi 28 avril sur France info. L’ancien président de la République, qui n’a cessé ce matin de torpiller les Insoumis, arrivés largement en tête à gauche dans la course à l’Élysée, a même présagé d’une disparition de son parti en cas d’alliance avec le bloc de Jean-Luc Mélenchon. « Je pense que cet accord ne sera pas accepté. Il est inacceptable (...) S’il l’est, le PS aura décidé de disparaître », a jugé François Hollande, qui souhaite « une autre union » avec les communistes et les écologistes.  "Je pense que cet accord ne sera pas accepté. S’il l’est, le PS aura décidé de disparaître”, accuse François Hollande, qui souhaite “une autre union” avec les communistes et les écologistes.   « Défaut d’incarnation » à la tête du PS« Quoi qu'il arrive, le PS devra être refondé (...) Au lendemain des législatives, il y aura un bilan à tirer… » a-t-il estimé au micro de Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle. Le « bilan », justement : François Hollande s’est aussi confortablement attardé sur le crash, pourtant annoncé, de la candidate malheureuse Anne Hidalgo à la présidentielle, créditée de seulement 1,7 % des suffrages au premier tour. Si l’ex-chef de l’État a concédé très brièvement avoir « une part de responsabilité » dans cette débâcle, il a surtout attribué l’échec à Olivier Faure, pointant « un défaut d’incarnation » à la tête du parti. « Depuis cinq ans, un travail aurait dû être fait par le PS, ça n’a pas été fait » a-t-il renchéri. À LIRE AUSSI : Législatives : Jadot favorable à une coalition de gauche… mais pas derrière Mélenchon Quant à son avenir personnel, François Hollande s’est voulu évasif. S’il exclut toute candidature aux législatives sous la bannière Insoumise, l’ex-locataire de l’Élysée ne ferme cependant pas la porte à une candidature sous l'étiquette PS. « Je ne veux pas introduire cette question personnelle dans les prochains jours », a encore avancé l'ancien locataire de l'Élysée
Article paru dan Marianne sous la plume d'Hakim Mokadem    ;

Emmanuel Macron a été réélu Président de la République avec 58,54 % des voix contre 41,46 %  à Marine le Pen .

La victoire a été plus large que prévue par les sondages .Il est de bon ton après ce scrutin de faire porter la responsabilité du progrès de l'extrême droite au seul Emmanuel Macron mais en étudiant les résultats à travers le département de l' Allier (c'est sans doute la même  chose  dans d'autres ...) nous constatons que le vote le Pen est aussi du en grande partie la conséquence de ce qu'on peut appeler la réalité du vote périphérique !

Et si la politique menée par les collectivités était aussi largement responsable de ce sentiment d' abandon de certains secteurs?

En  effet,  si les villes principales ont donné la majorité à Emmanuel Macron (Moulins, Montluçon ,Vichy ) on peut constater que les communes rurales surtout les   plus éloignées des centres urbains  votent plus facilement pour le RN .  L'insuffisance de la politique départementale d'aide ajoutée à celle de l' Etat dans ces communes aboutit à ce résultat.

.Ces communes se sentent délaissées .

Je  préconise,depuis longtemps, que les conseillers départementaux se rendent , par exemple une fois par trimestre, pendant une semaine sur le terrain pour voir au quotidien les problèmes de ces communes . Les indemnités versées à ces conseillers leur permettent de le faire et  leur existence  serait encore plus justifiée . Les élus de gauche auraient pu montrer l' exemple .Ce n'est pas avec des sessions de 24 heures par trimestre que l'on peut se rendre compte des problèmes .

Des maisons de service devraient exister dans toutes les communes ?

,

Même chose pour les communautés d' agglo, prenons celle de Moulins comme exemple .

Dès que les communes  sont à l'écart du secteur urbain, leurs habitants se sentent délaissés faute d' actions et de réalisations par l'agglo dans ces communes  .Nous aurons l'occasion de donner des chiffres pour le démontrer.

Même à l'intérieur des villes ,il y a  un plus fort pourcentage  pour le RN  dans les quartiers situés vers l'extérieur (  Ainsi Yzeure avec la quartier Nord les Bataillots pour sa partie la plus  isolée.)

En conclusion ce qui  a conduit le plus à ces votes de rejet ,c'est essentiellement ce sentiment de mise à l' écart  , car nos concitoyens ne  découvrent l'insécurité qu'au travers de la télévision, souvent seul lien de vie sociale . Les immigrés sont bien peu nombreux  et pourtant on en parle sans arrêt . Il faut ajouter que le  RN est fort dans les communes où il y a un fort pourcentage d' agriculteurs bénéficiaires  de La PAC ,  le RN  leur a raconté beaucoup d'histoires : On leur  dit qu'il y  aurait beaucoup plus d' aides s'il y avait moins d' Europe et que si on refusait d'importer, il serait possible de continuer  d'exporter.

  Balivernes et contre vérités mais il faudrait aller dans ces communes pour l' expliquer .

Certains élus socialistes affirment étrangement dans la presse locale  qu' il est difficile de faire passer un message national de gauche à Yzeure. Cela n'a pourtant pas toujours été le cas  , alors il faut peut être se demander pourquoi ? Sans doute parce  qu'on soutient la politique de droite du Président de la com d'agglo et que l'on supprime des postes d'agents municipaux au delà même de ce que la droite  fait , avec l'accord des socialistes et communistes  du Conseil municipal .  Selon La Montagne, ces élus reconnaissent avoir pris une bonne claque . Mais il faut distinguer selon eux les élus nationaux de gauche qui seraient visés ,  et non les élus locaux ." Ces derniers, pourtant  n'ont pas été épargnés ,avant la présidentielle,  par la disgrâce comme l'avait montré le résultat des dernières élections départementales .

La théorie du bouc émissaire "ou du c'est pas moi c'est les autres" n'est pas crédible . Le fonctionnement catastrophique du Parti Socialiste ,même sur le plan départemental, plus préoccupé de luttes intestines ,"d'autoglorification " l'a amené à la déroute .Existera-t il encore dans quelques semaines ? Il ne faut pas se gargariser  d'avoir mené une campagne efficace pour Anne  Hidalgo, campagne pourtant minimale , qui s'est limitée à des auto-portraits devant les affiches .

Au travail pour une vraie politique de gauche respectueuse des principes socialistes qui servira d'exemple pour faire admettre au niveau national notre politique ?

Certains ont parlé de dynamiter les structures squelettiques sclérosées du PS pour rebâtir. Il faut le faire à tous les échelons !

guy chambefort