Actualités

L’ANNEE 1994

Tout comme pour l’année précédente, 1994 s’avère être un millésime difficile pour équilibrer le budget de la ville. A l’instar des contraintes budgétaires actuelles de 2018, les dotations de l’Etat sont en régression équivalente à 1,28% de pression fiscale et les participations aux autres collectivités sont en forte hausse. (+ 12% pour les dépenses d’aide sociale versées au Département).

Le budget 1994 de la ville connait donc une augmentation modérée des impôts locaux de +2,5% inférieure à l’inflation. Cette hausse inférieure à celle du Département (+ 3,8%) et de la Région (+ 8,6%) fut rendue nécessaire pour la poursuite d’une politique d’investissements qui tout en répondant à la mise en place de projets nouveaux soutien l’activité des entreprises locales.

L’ECONOMIE

En effet, bien que les villes n’aient pas de responsabilité directe dans la vie des entreprises, l’économie à Yzeure reste l’objet d’une attention toute particulière (sur environ 5500-5600 emplois sur Yzeure, le taux de chômage légèrement en dessous de 10 % s’inscrit en moyenne annuelle à 508 chômeurs en 1992 et 473 en 1993). Compte tenu de cette fragilité, toute opération économique sur la commune est la bienvenue. C’est ainsi que l’opération « Produits du cœur de France » lancée par la SCACENTRE lors de la signature d’une charte entre les Etablissements LECLERC et plus de 100 industriels et producteurs locaux consolide l’implantation de cette centrale d’achat avec de fortes retombées économiques au plan local.

Le rôle de la ville est d’aménager des espaces afin de créer les conditions nécessaires au développement économique. Cette démarche bien que difficile nécessite un suivi quotidien   C’est dans cet esprit que la municipalité, pour appuyer le développement de SCACENTRE en 2013, a facilité l’acquisition d’espace appartenant à EDF destiné à la construction d’une tour de stockage robotisée d’une hauteur de 35 mètres.

LES INVESTISSEMENTS

Simultanément à la poursuite d’opérations engagées (participation au contournement, travaux sur l’Eglise St Pierre, acquisition foncières liées au remembrement rural), l’investissement au titre des programmes nouveaux est conséquent. Des réfections de réseaux et de voirie (EDF, GDF, téléphonie, éclairage public) ont été réalisées dans plusieurs quartiers (Bataillots, rue des Lilas, rue Jean Treyve, route de Marcellange, route de Gennetines). A noter l’amélioration du réseau d’eau potable rue Paul Corne et d’assainissement rue Jean Treyve.

 Au titre des dotations en véhicules et matériels deux points forts :

● L’acquisition d’une benne à ordures ménagères pour la collecte des encombrants (à cette époque Yzeure et Moulins avaient leur propre service de collecte, ensuite ces deux villes ont intégré le SICTOM)

● Le renouvellement des installations informatiques devenues insuffisantes et obsolètes

LA DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE passe par :

● L’acquisition de 7 hectares situés rue Bergeron Vebret au lieu-dit « Beau soleil », réserve foncière aux abords du Danube

● La reconnaissance de « ville fleurie » avec le 1er prix régional

● La création d’un nouvel espace de vie de 24 hectares sur le site des Ozières

(Projet d’envergure à la fois d’espace de loisirs et bassin de rétention). Par son côté attractif, ce site complétera les équipements loisirs existants grâce à un bassin d’une superficie de 5 hectares. Les travaux d’aménagements des abords sont confiés au chantier d’insertion permettant ainsi aux personnes les plus démunies une aide dans leur démarche d’insertion professionnelle. 18 personnes dont 7 Yzeuriens sont concernés.

LES OUTILS DE COMMUNICATION

● Ouverture d’une permanence téléphonique. La communication à travers la revue « Yzeurmag » n’étant pas entièrement satisfaisante pour cause d’échange inexistant, chaque mercredi durant 1 heure, les Yzeuriens peuvent dialoguer directement avec le Maire et les Adjoints au téléphone complétant ainsi le service Yzitel

(Yzitel : Yzeure fut la seule ville de l’agglo à proposer à ses concitoyens ce service d’informations de dialogues et de partages des idées. A l’époque où la fibre optique s’implante non sans difficultés sur Yzeure, certains s’amusent sur les réseaux sociaux et ringardisent le fait d’évoquer cette période où une nouvelle approche de la communication prenait forme. En vérité, ils n’ont pas compris que de par ses services rendus, le minitel fut le précurseur d’internet.)

ECHOS

Le 5 septembre Yzeure a célébré le 50ème anniversaire de sa libération. Cette manifestation du souvenir à la stèle du Petit Panloup a bénéficié de la présence de la musique du 92ème Régiment d’Infanterie de Clermont Ferrand et d’un détachement militaire de la base de Varennes-sur-Allier. Une exposition sur Jean Zay et sur les camps d’internement du Loiret ainsi qu’une exposition philatélique ont complété ce moment fort.

INTERCOMMUNALITE

Depuis 1989, Yzeure, Moulins, Avermes sont entrées dans une intercommunalité de projets dans le respect des identités.

● La signature d’un « Contrat de ville » avec l’Etat et à la création du « Conseil Intercommunal de Prévention de la Délinquance » sont deux grandes réalisations de l’année 1994.

● La nouvelle école de musique administrée par un syndicat intercommunal dont le président a été le Maire de Moulins de 1983 à 1989 puis celui d’Yzeure depuis 1989, s’implante place Maréchal de Tassigny. Débuté en 1992, ce projet d’un nouveau bâtiment plus fonctionnel veut donner une image plus moderne et plus dynamique de l’Ecole de Musique.

Jacques Bodard

 

regards03 a eu l'occasion à plusieurs reprises de parler de "bouc émissaire".

Faisons un peu de philosophie !

Le bouc émissaire est un mécanisme social universel

Mentionné dans le dictionnaire de Furetière en 1690 avec la définition qui fut la première connue, le bouc porte sur lui tous les péchés d'Israël. Selon René Girard ce n'est que par la suite que le terme a pris son sens séculier, pour désigner une personne sur laquelle repose toutes les fautes des autres. "Que chacun se demande invite René Girard où il en est sous le rapport des boucs émissaires. Nous n'avons que des inimitiés légitimes. Et pourtant l'univers entier fourmille de boucs émissaires". Dès qu'un groupe se constitue, et qu'il manque d'idées, de charisme, de rigueur, d'accueil favorable et qu'il va au devant d'échec, il est très susceptible de faire reposer son unité sur la commune détestation par tous ses membres, d'un seul d'entre eux. Celui-ci est à la fois dedans et dehors, il ne peut être intégré car cela nuirait à la cohésion interne, il ne peut pas être non plus définitivement expulsé car cela affaiblirait la catalyse produite sur sa personne nécessaire à la survie du groupe en difficulté et soumis à la force centrifuge. René Girard montre que le bouc émissaire est dans une situation très particulière. Il est à la fois absent et présent. Il est absent parce qu'il ne participe pas aux activités du groupe, pour autant il a une grande présence, dans les esprits, dans les conversations, les moqueries, les insultes car le groupe a besoin faute de réflexion de se cimenter au risque d'exploser. Dans le temps le bouc émissaire, s'il ne suffit plus, peut devenir "les". Il n'est jamais reproché aux victimes émissaires d'être différentes car chacun l'est, il leur est reproché de ne pas différer comme il faut.

Cette attitude du groupe est bien sûr là pour masquer un échec collectif. C'est la définition du dictionnaire. Si un nouveau bouc émissaire est désigné il faut l'expulser. Ce comportement fut monnaie courante sous certains régimes bien peu démocratiques. Cela s'est toujours mal terminé. En cas de difficultés les démocrates recherchent leurs responsabilités, des solutions et non pas des pseudos responsables.Tout le reste est bien loin de la démocratie.

G. Chambefort 

 

 

En première partie de Miossec 

Nous avons découvert ce chanteur qui vient d'enregistrer en 2018 un disque.

Bobby déserteur fut écrite après lecture de la main coupée de Blaise Cendrars.

Tranchées et Hidenburg : s'inspirent librement des carnets privés du soldat Louis Hamon qui a vaincu et craint la mort à Mohrange et dans les tranchées de Verdun en 1916.

Alan Seeger était un poète américain, engagé dans la légion étrangère au début de la guerre par amour pour la France, sa culture, sa littérature. Il est mort près du village de Misery dans la Somme en octobre 1916. Il est l'oncle du folk singer Pete Seeger.

Ce disque leur rend hommage.

Yzeurespace photos gc regards03

 

Faites comme nous allez au Salon du livre ancien de Souvigny. Vingtième anniversaire de ce salon organisé par LACME. Ouvert ce Week-end.